FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 14 juillet 2020Vos flux RSS

Projet de loi relatif à la bioéthique : communiqué de Mgr Jean Legrez

Par Maximilien Bernard
Projet de loi relatif à la bioéthique : communiqué de Mgr Jean Legrez
Ce communiqué a été lu à la fin des messes dominicales le 12 juillet dans les églises du diocèse d’Albi : Alors que le gouvernement a décidé, comme une priorité avant le 31 juillet, Lire la suite ...

Bali accueille le premier centre de remise dans la nature des dauphins en captivité

Par redaction

Réintroduire un dauphin habitué à la captivité dans son milieu naturel n’est pas simple . Il faut le réhabituer une eau non chlorée, à chasser… C’est la mission que s’est fixée Dolphin Project. L’association s’occupe notamment de Rambo, un dauphin qui a passé les deux tiers de sa vie en captivité. «Il a passé beaucoup de temps dans un hôtel pour divertir les vacanciers», explique l’organisation.

Cet article Bali accueille le premier centre de remise dans la nature des dauphins en captivité est apparu en premier sur Pepsnews -News positives.

IBM’s $3-Billion Research Project Has Kept Computing Moving Forward

Par Dexter Johnson

Back in 2014, under the looming shadow of the end of Moore’s Law, IBM embarked on an ambitious, US $3 billion project dubbed “7-nm and Beyond”. The bold aim of that five-year research project was to see how computing would continue into the future as the physics of decreasing chip dimensions conspired against it.

Six years later, Moore’s Law isn’t much of a law anymore. The observation by Gordon Moore (and later the industry-wide adherence to that observation) that the number of transistors on a chip doubled roughly every two years seems now almost to be a quaint vestige of days gone by. But innovation in computing is still required, and the “7-nm and Beyond” project has helped meet that continuing need.

“The search for new device architectures to enable the scaling of devices, and the search for new materials for performance differentiation will never end,” says Huiming Bu, Director at IBM’s Advanced Logic & Memory Technology Research, Semiconductor, and AI Hardware Group.

Although the chip industry may not feel as constrained by Moore’s Law as it has in the past, the “7-nm and Beyond” project has delivered important innovations even while some chip manufacturers have seemingly thrown up their hands in frustration at various points in recent years. 

One example of this frustration was the decision two years ago by GlobalFoundries to suspend its 7-nanometer chip development.

Back in 2015, one year into its “7-nm and Beyond” project, IBM announced its first 7-nm test chip in which extreme-ultraviolet lithography (EUV), supplied by ASML, was a key enabling technology. While there have been growing pains in the use of EUV—resulting in the richest chip manufacturers being the only ones continuing on with the scaling down that it enables—it has since become a key enabling technology not only for 7-nm nodes, but also for 5-nm nodes and beyond, according to Bu.

“Back in the 2014-2015 time window, the whole industry had a big question about the practical feasibility of EUV technology,” says Bu. “Now it's not a question. Now, EUV has become the mainstream enabler. The first-kind 7-nm work we delivered based on EUV back then helped to build the confidence and momentum towards EUV manufacturing in our industry.”

Of course, EUV has enabled 7-nm nodes, but the aim of IBM was to look beyond that. IBM believes that the foundational element of chips to enable the scaling beyond FinFET will be the nanosheet transistor, which some have suggested may even be the last step in Moore’s Law.

The nanosheet looks to be the replacement to the FinFET architecture, and is expected to make possible the transition from the 7-nm and 5-nm nodes to the 3-nm node. In the architecture of the nanosheet field-effect transistors, current flows through multiple stacks of silicon that are completely surrounded by the transistor gate. This design greatly reduces the amount of current that can leak during off state, allowing more current to be used in driving the device when the switch is turned on.

“In 2017, the industry had a question about what will be the new device structure beyond FinFET,” says Bu. “At this point, three years later, the whole industry is getting behind nanosheet technology as the next device structure after FinFET.”

The transistors and switches have had some key developments, but the “7-nm and Beyond” project also resulted in some significant insights into how the wiring above all these transistors and switches will be made going into the future.

“Part of our innovation has been to extend copper as far as possible,” says Daniel Edelstein, IBM Fellow; Si Technology Research; MRAM/BEOL Process Strategy.  “The hard part, as always,” says Edelstein, “has been simply patterning these extremely tiny and tall trenches and filling them without defects with copper.”

Despite the challenges with using copper, Edelstein doesn’t see the industry migrating away from it to more exotic materials in the near future. “Copper is certainly not at the end of its rope for what's being manufactured today,” said Edelstein.

He adds: “Several companies have indicated that they intend to continue using it. So I can't tell you exactly when it breaks. But we have seen that the so-called resistance crossover point keeps getting pushed farther into the future.”

While chip dimensions, architectures and materials have driven much of the innovations of the “7-nm and Beyond” project, both Edelstein and Bu note that artificial intelligence (AI) is also playing a key role in how they are approaching the future of computing.

“With the onset of AI-type, brain-inspired computing and other kinds of non-digital computing, we're starting to develop, at the research level, additional devices—especially emerging memory devices,” says Edelstein.

Edelstein is referring to emerging memory devices, such as phase-change memory (or memristors,” as some others refer to them), which are thought of as analog computing devices.

The emergence of these new memory devices has provided a kind of resurrection in thinking about potential applications over and above conventional data storage. Researchers are imagining new roles for the thirty-year-old magnetoresistive random-access memory (MRAM), which IBM has been working on since MRAM’s debut.

“MRAM has finally had enough breakthroughs where it’s now not only manufacturable, but also approaching the kinds of requirements that it needs to achieve to be competitive with SRAM for system cache, which is kind of the holy grail in the end,” says Edelstein.

The evidence of this embedding of MRAM and other nonvolatile memories—including RRAM and phase-change memory—directly into the processor is seen in the move last year by chip equipment manufacturer Applied Materials to give its customers the tools for enabling this change.

The pursuit of new devices, new materials, and new computing architectures for better power-performance will continue, according to Bu. He also believes that the demand to integrate various components into a holistic computing system is starting to drive a whole new world of heterogeneous integration.

Bu adds: “Building these heterogeneous architecture systems is going to become a key in future computing. It is a new innovation strategy driven by the demands of AI.”

Trois pilotes volontaires traversent les États-Unis pour apporter des chiens d’assistance aux personnes handicapées

Par sophie

Le 28 mars dernier, trois pilotes d’avion ont fait preuve d’une grande solidarité en transportant des chiots pour une noble cause. En effet, Marlyn Lewis, Josh Hochberg et Jeff Stewart sont venus en aide à l’association Canine Companions for Independence, dont l’objectif est de mettre à disposition gratuitement des chiens d’assistance auprès des personnes handicapées.

Habituellement, le voyage des chiots se fait par avions de ligne mais en raison de la crise sanitaire liée coronavirus, l’immense majorité des vols est annulée. Heureusement pour le bon fonctionnement de l’ONG et de ceux qui ont la chance d’en profiter, trois volontaires ont offert leurs services.

Leur mission ? Effectuer des vols avec comme passagers 108 chiots, futurs chiens d’assistance. Parmi eux, des golden retriever, des labradors et de nombreux croisés. Au programme, des destinations comme la Californie, l’Oregon, le Montana, le Texas ou encore l’Idaho, où les chiens seront formés à l’accompagnement. Et attention, les pilotes n’ont pas fait les choses à moitié. En plus de leur partager leur savoir-faire, ils ont pris à leur charge la location des avions et la facture totale du carburant utilisé. Au départ du Sonoma Jet Center, situé en Californie, ils ont fait preuve d’un professionnalisme de tous les instants et ont desservi les villes d’arrivée sans problème.

Crédit : Canine Companions for Independence

« Ils ont donné de leur temps et étaient loin de chez eux pendant des jours, c’est juste incroyable »a déclaré Michelle Williams, coordinatrice des relations publiques et des opérations marketing chez Canine Companions for Independence.

Pour rappel, les chiens d’assistance ont un rôle primordial aux côtés des personnes handicapées. Ils créent une relation très puissante avec leurs maîtres et leur permettent de devenir indépendants. Et les chiffres ne mentent pas. Selon les statistiques de l’association, plus 400 patients sont actuellement en attente d’un chien d’assistance. Une demande importante qui a poussé Canine Companions for Independence à continuer son activité malgré la situation sanitaire inédite aux États-Unis.

Un grand bravo aux pilotes pour leur geste !

Crédit : Canine Companions for Independence
Crédit : Canine Companions for Independence
Crédit : Canine Companions for Independence
Crédit : Canine Companions for Independence
Source avec INSIDER – crédit photo: Canine Companions for Independence

Les Akashinga, des femmes rangers en première ligne de la « guerre de l’ivoire »

Par sophie

National Geographic propose un court métrage, produit par James Cameron, qui raconte l’histoire de femmes luttant contre le braconnage d’éléphants, au Zimbabwe. Elles forment les rangers Akashinga. Ce mini-documentaire suit leur parcours pendant plusieurs jours. Ces femmes sont entraînées au combat pour être en mesure de protéger les animaux sauvages contre les braconniers. L’unité, exclusivement composée de femmes, a été fondée par Damien Mander, ex-membre des forces spéciales australiennes. Cette formation offre à ces femmes la possibilité de s’engager, au péril de leur vie, conte le braconnage tout leur conférant une reconnaissance. De plus, les Akashinga prennent part à la sensibilisation des populations locales à la protection des pachydermes, en voie d’extinction.

source – crédit photo: capture

Des bisons vont être réintroduits au Royaume-Uni des milliers d’années après leur disparition

Par sophie

Deux organisations, le Kent Wildlife Trust et le Wildwood Trust, se sont lancées dans un projet d’envergure au Royaume-Uni. Nommée “Wilder Blean”, l’initiative vise à restaurer un écosystème naturel dans les forêts de Blean, notamment grâce à la réintroduction d’un petit groupe de bisons.

Plus de 6.000 ans après leur disparition du pays, les bisons vont bientôt faire leur grand retour au Royaume-Uni. C’est ce qu’ont annoncé, le Kent Wildlife Trust et Wildwood Trust, deux organisations britanniques consacrées à la protection de la faune et de la flore sauvages. D’ici deux ans, celles-ci prévoient en effet de réintroduire un petit groupe de bisons européens dans le sud-est de l’Angleterre.

Cette initiative s’inscrit dans un projet plus vaste et ambitieux nommé “Wilder Blean”. Son objectif : restaurer un écosystème naturel dans les forêts de Blean situées à proximité de Canterbury dans le Kent. “Au Royaume-Uni, le manque de gestion des forêts est l’une des huit causes principales de déclin des espèces“, explique le Kent Wildlife Trust sur son site internet.

Nous savons que la clé pour permettre aux espèces de survivre et de prospérer est de créer un réseau de rétablissement de la nature d’une plus grande et d’une meilleure qualité, et des habitats moins cloisonnés“, poursuit l’organisation. “Malheureusement, la gestion humaine n’est pas suffisante pour créer le type d’habitats dont les espèces ont besoin. Ce qu’il nous faut, ce sont des solutions naturelles“.

Des “ingénieurs des écosystèmes” à la rescousse

Avec Wilder Blean, les défenseurs de la nature ont décidé de pousser cette stratégie un peu plus loin. La réserve des forêts de Blean n’a pas été sélectionnée par hasard. Elle constitue l’une des plus grandes zones forestières anciennes du Royaume-Uni et un exemple de choix. La région a longtemps été exploitée pour son bois avant d’être rachetée par le Kent Wildlife Trust.

La réserve de Blean Wood a été rachetée par le Kent Wildlife Trust après avoir été exploitée pendant des années pour son bois.  © Simon Carey/Blean Woods Nature Reserve/CC BY-SA 2.0

Elle est ainsi à moitié recouverte de plantations non-natives, notamment des conifères, qui “n’ont que peu de valeur pour la faune sauvage“, précise l’organisation. Cela fait plusieurs années que les spécialistes travaillent à retirer les conifères. Avec le nouveau projet et la réintroduction, ils ont toutefois décidé d’utiliser une approche plus naturelle que de simplement couper les arbres.

Avec une longueur de trois mètres pour une masse d’environ 800 kilogrammes, le bison d’Europe (Bison bonasus) est le mammifère terrestre le plus imposant du continent. Et il joue un rôle crucial dans son environnement. Le bovidé est en effet décrit comme un “ingénieur des écosystèmes”. Il “contrôle les habitats comme aucun autre animal“, explique le Kent Wildlife Trust.

Le bison s’attaque spécifiquement à certains arbres en mangeant leur écorce ou en se frottant contre eux pour éliminer leur fourrure hivernale. Ce comportement génère du bois mort faisant office de festin pour les insectes qui peuvent à leur tour nourrir les oiseaux. Avec sa taille imposante, l’animal crée également des couloirs verts à travers la forêt dense où des espèces natives peuvent se développer ou prospérer.

Utiliser des espèces manquantes telles que le bison pour restaurer des processus naturels dans les habitats est la clé pour créer la bio-abondance dans nos paysages“, a assuré dans un communiqué Paul Hadaway, directeur de la conservation au Kent Wildlife Trust. Ces processus naturels, les bisons les ont assurés pendant des milliers d’années au Royaume-Uni avant d’en disparaître.

Une espèce poussée vers l’extinction

L’extinction du bovidé dans le pays remonte à au moins 6.000 ans mais il a perduré sur le reste du continent. Du moins jusqu’au début du XXe. Les derniers spécimens sauvages ont été tués en Pologne dans les années 1920. Ne restaient alors plus qu’une cinquantaine de spécimens captifs. Ce sont eux qui ont permis d’empêcher l’extinction totale de l’espèce désormais protégée.

Les bisons sont de vrais “ingénieurs des écosystèmes”. Leurs comportements influencent grandement leur environnement.  © Michael Gäbler/Wikimedia Commons

Au cours des dernières décennies, plusieurs pays dont la Pologne, la Roumanie et les Pays-Bas, ont réalisé des réintroductions de bisons, avec succès. C’est donc désormais au tour du Royaume-Uni de rejoindre la liste grâce au projet Wilder Blean. Selon les plans dévoilés, les bovidés seront relâchés sur une zone de 150 hectares au printemps 2022, une fois les infrastructures nécessaires installées.

Le groupe sera composé dans un premier temps d’un mâle et de trois femelles venus des Pays-Bas ou de Pologne où les réintroductions ont fonctionné, d’après l’organisation interrogée par The Guardian. La reproduction naturelle devrait permettre ensuite d’augmenter la taille du troupeau, une femelle donnant généralement naissance à un petit par an.

Les bovidés disposeront normalement de tout ils ont besoin dans leur habitat. Les spécialistes ne comptent donc leur fournir ni nourriture, ni abris artificiels. Leur santé sera en revanche surveillée via l’observation de leur fourrure et des examens de leurs excréments. Objectif : permettre aux animaux de rester aussi sauvages que possible.

Des visites guidées pour voir les bisons

Une fois que le troupeau aura grandi et se sera installé, leur espace pourra être étendu jusqu’à 500 hectares et des visites guidées permettront au public d’observer les bisons à distance. “Ceci permettra au public de découvrir la nature comme jamais auparavant, en le reconnectant au monde naturel d’une façon plus profonde“, a assuré Paul Whitfield, directeur général du Wildwood Trust.

Les bisons “sont énormes. Mais la manière qu’ils ont de se fondre dans leur environnement est extraordinaire et ils sont très dociles vraiment“, a précisé à The Guardian Stan Smith, spécialiste du Kent Wildlife Trust. Les mammifères ne seront toutefois pas les seuls représentants de la faune sauvage à prendre part au projet dans la réserve de Blean Woods.

Des chevaux et des vaches évoluent déjà dans la zone et ils seront bientôt rejoints par quelques cochons qui permettront également de restaurer l’écosystème naturel. Le projet dont la première phase devrait être achevée en mai 2023, a été rendu possible grâce à un prix de 1,125 million de livres (environ 1,25 million d’euros) attribué par le People’s Postcode Lottery Dream Fund.

Cette récompense nous a permis de réaliser une avancée importante pour inverser le rythme terrifiant de perte des espèces au Royaume-Uni“, a commenté Paul Hadaway. “Le projet Wilder Blean va démontrer qu’une solution plus sauvage basée sur la nature est la bonne solution pour lutter contre la crise du climat et de la biodiversité à laquelle nous faisons face aujourd’hui“.

source – crédit photo: pixabay

Des dizaines d'organisations réclament une "nouvelle normalité"

Greenpeace et une cinquantaine d'autres organisations se sont réunies samedi pour mener une action "United for a new normal", au Mont des Arts de Bruxelles. Elles demandent que les autorités s'inscrivent dans une nouvelle normalité, d'une société "plus juste et plus verte".

Des représentants d'associations pour le climat, de syndicats, d'organisations de lutte contre la pauvreté et des droits de l'homme se sont positionnés chacun sur une marque, tout en portant un masque, pour respecter les gestes barrières.

"Nous devons maintenant jeter les bases d'une société juste et verte. Une société qui peut rebondir, au service des gens et de notre planète, et pas au service des dividendes", estime Greenpeace.

Les manifestants demandent aux femmes et hommes politiques de réaliser que d'importants investissements doivent être faits dans les domaines social et écologique.

Par Belga (publié le 04/07/2020)
A lire sur le site Le Vif
  • 14 juillet 2020 à 11:58

Ex-Googler's Startup Comes Out of Stealth With Beautifully Simple, Clever Robot Design

Par Evan Ackerman

Over the last 10 years, the PR2 has helped roboticists make an enormous amount of progress in mobile manipulation over a relatively short time. I mean, it’s been a decade already, but still—robots are hard, and giving a bunch of smart people access to a capable platform where they didn’t have to worry about hardware and could instead focus on doing interesting and useful things helped to establish a precedent for robotics research going forward.

Unfortunately, not everyone can afford an enormous US $400,000 robot, and even if they could, PR2s are getting very close to the end of their lives. There are other mobile manipulators out there taking the place of the PR2, but so far, size and cost have largely restricted them to research labs. Lots of good research is being done, but it’s getting to the point where folks want to take the next step: making mobile manipulators real-world useful.

Today, a company called Hello Robot is announcing a new mobile manipulator called the Stretch RE1. With offices in the San Francisco Bay Area and in Atlanta, Ga., Hello Robot is led by Aaron Edsinger and Charlie Kemp, and by combining decades of experience in industry and academia they’ve managed to come up with a robot that’s small, lightweight, capable, and affordable, all at the same time. For now, it’s a research platform, but eventually, its creators hope that it will be able to come into our homes and take care of us when we need it to.

A fresh look at mobile manipulators

To understand the concept behind Stretch, it’s worth taking a brief look back at what Edsinger and Kemp have been up to for the past 10 years. Edsinger co-founded Meka Robotics in 2007, which built expensive, high performance humanoid arms, torsos, and heads for the research market. Meka was notable for being the first robotics company (as far as we know) to sell robot arms that used series elastic actuators, and the company worked extensively with Georgia Tech researchers. In 2011, Edsinger was one of the co-founders of Redwood Robotics (along with folks from SRI and Willow Garage), which was going to develop some kind of secret and amazing new robot arm before Google swallowed it in late 2013. At the same time, Google also acquired Meka and a bunch of other robotics companies, and Edsinger ended up at Google as one of the directors of its robotics program, until he left to co-found Hello Robot in 2017.

Meanwhile, since 2007 Kemp has been a robotics professor at Georgia Tech, where he runs the Healthcare Robotics Lab. Kemp’s lab was one of the 11 PR2 beta sites, giving him early experience with a ginormous mobile manipulator. Much of the research that Kemp has spent the last decade on involves robots providing assistance to untrained users, often through direct physical contact, and frequently either in their own homes or in a home environment. We should mention that the Georgia Tech PR2 is still going, most recently doing some clever material classification work in a paper for IROS later this year.

Hello Robot's Stretch robot and CEO Aaron Edsinger
Photo: Hello Robot
Hello Robot co-founder and CEO Aaron Edsinger says that, although Stretch is currently a research platform, he hopes to see the robot deployed in home environments, adding that the “impact we want to have is through robots that are helpful to people in society.”

So with all that in mind, where’d Hello Robot come from? As it turns out, both Edsinger and Kemp were in Rodney Brooks’ group at MIT, so it’s perhaps not surprising that they share some of the same philosophies about what robots should be and what they should be used for. After collaborating on a variety of projects over the years, in 2017 Edsinger was thinking about his next step after Google when Kemp stopped by to show off some video of a new robot prototype that he’d been working on—the prototype for Stretch. “As soon as I saw it, I knew that was exactly the kind of thing I wanted to be working on,” Edsinger told us. “I’d become frustrated with the complexity of the robots being built to do manipulation in home environments and around people, and it solved a lot of problems in an elegant way.” 

For Kemp, Stretch is an attempt to get everything he’s been teaching his robots out of his lab at Georgia Tech and into the world where it can actually be helpful to people. “Right from the beginning, we were trying to take our robots out to real homes and interact with real people,” says Kemp. Georgia Tech’s PR2, for example, worked extensively with Henry and Jane Evans, helping Henry (a quadriplegic) regain some of the bodily autonomy he had lost. With the assistance of the PR2, Henry was able to keep himself comfortable for hours without needing a human caregiver to be constantly with him. “I felt like I was making a commitment in some ways to some of the people I was working with,” Kemp told us. “But 10 years later, I was like, where are these things? I found that incredibly frustrating. Stretch is an effort to try to push things forward.”

A robot you can put it in the backseat of a car

One way to put Stretch in context is to think of it almost as a reaction to the kitchen sink philosophy of the PR2. Where the PR2 was designed to be all the robot anyone could ever need (plus plenty of robot that nobody really needed) embodied in a piece of hardware that weighs 225 kilograms and cost nearly half a million dollars, Stretch is completely focused on being just the robot that is actually necessary in a form factor that’s both much smaller and affordable. The entire robot weighs a mere 23 kg in a footprint that’s just a 34 cm square. As you can see from the video, it’s small enough (and safe enough) that it can be moved by a child. The cost? At $17,950 apiece—or a bit less if you buy a bunch at once—Stretch costs a fraction of what other mobile manipulators sell for.

It might not seem like size or weight should be that big of an issue, but it very much is, explains Maya Cakmak, a robotics professor at the University of Washington, in Seattle. Cakmak worked with PR2 and Henry Evans when she was at Willow Garage, and currently has access to both a PR2 and a Fetch research robot. “When I think about my long term research vision, I want to deploy service robots in real homes,” Cakmak told us. Unfortunately, it’s the robots themselves that have been preventing her from doing this—both the Fetch and the PR2 are large enough that moving them anywhere requires a truck and a lift, which also limits the home that they can be used in. “For me, I felt immediately that Stretch is very different, and it makes a lot of sense,” she says. “It’s safe and lightweight, you can probably put it in the backseat of a car.” For Cakmak, Stretch’s size is the difference between being able to easily take a robot to the places she wants to do research in, and not. And cost is a factor as well, since a cheaper robot means more access for her students. “I got my refurbished PR2 for $180,000,” Cakmak says. “For that, with Stretch I could have 10!”

Of course, a portable robot doesn’t do you any good if the robot itself isn’t sophisticated enough to do what you need it to do. Stretch is certainly a compromise in functionality in the interest of small size and low cost, but it’s a compromise that’s been carefully thought out, based on the experience that Edsinger has building robots and the experience that Kemp has operating robots in homes. For example, most mobile manipulators are essentially multi-degrees-of-freedom arms on mobile bases. Stretch instead leverages its wheeled base to move its arm in the horizontal plane, which (most of the time) works just as well as an extra DoF or two on the arm while saving substantially on weight and cost. Similarly, Stretch relies almost entirely on one sensor, an Intel RealSense D435i on a pan-tilt head that gives it a huge range of motion. The RealSense serves as a navigation camera, manipulation camera, a 3D mapping system, and more. It’s not going to be quite as good for a task that might involve fine manipulation, but most of the time it’s totally workable and you’re saving on cost and complexity. 

Stretch has been relentlessly optimized to be the absolutely minimum robot to do mobile manipulation in a home or workplace environment. In practice, this meant figuring out exactly what it was absolutely necessary for Stretch to be able to do. With an emphasis on manipulation, that meant defining the workspace of the robot, or what areas it’s able to usefully reach. “That was one thing we really had to push hard on,” says Edsinger. “Reachability.” He explains that reachability and a small mobile base tend not to go together, because robot arms (which tend to weigh a lot) can cause a small base to tip, especially if they’re moving while holding a payload. At the same time, Stretch needed to be able to access both countertops and the floor, while being able to reach out far enough to hand people things without having to be right next to them. To come up with something that could meet all those requirements, Edsinger and Kemp set out to reinvent the robot arm.

Stretch’s key innovation: a stretchable arm

The design they came up with is rather ingenious in its simplicity and how well it works. Edsinger explains that the arm consists of five telescoping links: one fixed and four moving. They are constructed of custom carbon fiber, and are driven by a single motor, which is attached to the robot’s vertical pole. The strong, lightweight structure allows the arm to extend over half a meter and hold up to 1.5 kg. Although the company has a patent pending for the design, Edsinger declined to say whether the links are driven by a belt, cables, or gears. “We don’t want to disclose too much of the secret sauce [with regard to] the drive mechanism.” He added that the arm was “one of the most significant engineering challenges on the robot in terms of getting the desired reach, compactness, precision, smoothness, force sensitivity, and low cost to all happily coexist.”

Hello Robot's Stretch robot and its gripper
Photo: Hello Robot
Stretch’s arm consists of five telescoping links constructed of custom carbon fiber, and are driven by a single motor, which is attached to the robot’s vertical pole, minimizing weight and inertia. The arm has a reach of over half a meter and can hold up to 1.5 kg.

Another interesting features of Stretch is its interface with the world—its gripper. There are countless different gripper designs out there, each and every one of which is the best at gripping some particular subset of things. But making a generalized gripper for all of the stuff that you’d find in a home is exceptionally difficult. Ideally, you’d want some sort of massive experimental test program where thousands and thousands of people test out different gripper designs in their homes for long periods of time and then tell you which ones work best. Obviously, that’s impractical for a robotics startup, but Kemp realized that someone else was already running the study for him: Amazon.

“I had this idea that there are these assistive grabbers that people with disabilities use to grasp objects in the real world,” he told us. Kemp went on Amazon’s website and looked at the top 10 grabbers and the reviews from thousands of users. He then bought a bunch of different ones and started testing them. “This one [Stretch’s gripper], I almost didn’t order it, it was such a weird looking thing,” he says. “But it had great reviews on Amazon, and oh my gosh, it just blew away the other grabbers. And I was like, that’s it. It just works.”

Stretch’s teleoperated and autonomous capabilities

As with any robot intended to be useful outside of a structured environment, hardware is only part of the story, and arguably not even the most important part. In order for Stretch to be able to operate out from under the supervision of a skilled roboticist, it has to be either easy to control, or autonomous. Ideally, it’s both, and that’s what Hello Robot is working towards, although things didn’t start out that way, Kemp explains. “From a minimalist standpoint, we began with the notion that this would be a teleoperated robot. But in the end, you just don’t get the real power of the robot that way, because you’re tied to a person doing stuff. As much as we fought it, autonomy really is a big part of the future for this kind of system.”

Here’s a look at some of Stretch’s teleoperated capabilities. We’re told that Stretch is very easy to get going right out of the box, although this teleoperation video from Hello Robot looks like it’s got a skilled and experienced user in the loop:

For such a low-cost platform, the autonomy (even at this early stage) is particularly impressive:

Since it’s not entirely clear from the video exactly what’s autonomous, here’s a brief summary of a couple of the more complex behaviors that Kemp sent us:

  • Object grasping: Stretch uses its 3D camera to find the nearest flat surface using a virtual overhead view. It then segments significant blobs on top of the surface. It selects the largest blob in this virtual overhead view and fits an ellipse to it. It then generates a grasp plan that makes use of the center of the ellipse and the major and minor axes. Once it has a plan, Stretch orients its gripper, moves to the pre-grasp pose, moves to the grasp pose, closes its gripper based on the estimated object width, lifts up, and retracts.
  • Mapping, navigating, and reaching to a 3D point: These demonstrations all use FUNMAP (Fast Unified Navigation, Manipulation and Planning). It’s all novel custom Python code. Even a single head scan performed by panning the 3D camera around can result in a very nice 3D representation of Stretch’s surroundings that includes the nearby floor. This is surprisingly unusual for robots, which often have their cameras too low to see many interesting things in a human environment. While mapping, Stretch selects where to scan next in a non-trivial way that considers factors such as the quality of previous observations, expected new observations, and navigation distance. The plan that Stretch uses to reach the target 3D point has been optimized for navigation and manipulation. For example, it finds a final robot pose that provides a large manipulation workspace for Stretch, which must consider nearby obstacles, including obstacles on the ground. 
  • Object handover: This is a simple demonstration of object handovers. Stretch performs Cartesian motions to move its gripper to a body-relative position using a good motion heuristic, which is to extend the arm as the last step. These simple motions work well due to the design of Stretch. It still surprises me how well it moves the object to comfortable places near my body, and how unobtrusive it is. The goal point is specified relative to a 3D frame attached to the person’s mouth estimated using deep learning models (shown in the RViz visualization video). Specifically, Stretch targets handoff at a 3D point that is 20 cm below the estimated position of the mouth and 25 cm away along the direction of reaching.

Much of these autonomous capabilities come directly from Kemp’s lab, and the demo code is available for anyone to use. (Hello Robot says all of Stretch’s software is open source.)

Hello Robot CEO Aaron Edsinger and Stretch robot
Photo: Hello Robot
Hello Robot co-founder and CEO Aaron Edsinger says Stretch is designed to work with people in homes and workplaces and can be teleoperated to do a variety of tasks, including picking up toys, removing laundry from a dryer, and playing games with kids.

As of right now, Stretch is very much a research platform. You’re going to see it in research labs doing research things, and hopefully in homes and commercial spaces as well, but still under the supervision of professional roboticists. As you may have guessed, though, Hello Robot’s vision is a bit broader than that. “The impact we want to have is through robots that are helpful to people in society,” Edsinger says. “We think primarily in the home context, but it could be in healthcare, or in other places. But we really want to have our robots be impactful, and useful. To us, useful is exciting.” Adds Kemp: “I have a personal bias, but we’d really like this technology to benefit older adults and caregivers. Rather than creating a specialized assistive device, we want to eventually create an inexpensive consumer device for everyone that does lots of things.”

Neither Edsinger nor Kemp would say much more on this for now, and they were very explicit about why—they’re being deliberately cautious about raising expectations, having seen what’s happened to some other robotics companies over the past few years. Without VC funding (Hello Robot is currently bootstrapping itself into existence), Stretch is being sold entirely on its own merits. So far, it seems to be working. Stretch robots are already in a half dozen research labs, and we expect that with today’s announcement, we’ll start seeing them much more frequently.

DARPA: Hack Our Hardware

Par Keith Rebello

This is a guest post. The views expressed here are solely those of the authors and do not represent positions of IEEE Spectrum or the IEEE.

Thanks to Moore’s Law, the number of transistors in our computing devices has doubled every two years, driving continued growth in computer speed and capability. Conversely, Wirth’s Law indicates that software is slowing more rapidly than hardware is advancing. The net result is that both hardware and software are becoming more complex. With this complexity, the number of discovered software vulnerabilities is increasing every year; there were over 17,000 vulnerabilities reported last year alone. We at DARPA’s System Security Integrated Through Hardware and firmware (SSITH) program argue that the solution lies not in software patches but in rethinking hardware architecture.

In March 2020, MITRE released version 4.0 of its Common Weakness Enumerations (CWE) list, which catalogues weaknesses in computer systems. For the first time, it included categories of hardware vulnerabilities. Among them are: RowhammerMeltdown/SpectreCacheOut; and LVI, which are becoming more prevalent. In fact, a reported 70 percent of cyber-attacks are the result of memory safety issues [pdf] such as buffer overflow attacks—a category of software exploit that takes advantage of hardware’s inherent “gullibility.” These software exploitations of hardware vulnerabilities affect not only the computer systems we use at home, work, and in the cloud, but also the embedded computers we are becoming increasingly reliant on within Internet-of-Things (IoT) devices.

As 5G and IoT proliferation sweeps across the planet, businesses and consumers are benefiting greatly from increased connectivity. However, this connectivity is also introducing greater risks and security concerns than ever before. Gartner forecasts that there will be 5.81 billion IoT endpoints this year, and IDC estimates the number of IoT devices will grow to 41.6 billion in 2025. Despite these staggering statistics, IoT is still in its infancy. I liken it to the Wild West, where companies come and go, regulations and standards are undefined, and security is often an afterthought. This lawlessness can have significant consequences, as we saw in 2016 when the Mirai bot-net attacked domain registration service provider, Dyn. The attack exploited IoT devices like home routers, security cameras, and air quality monitors to perform a denial of service attack that prevented users from accessing major internet platforms and services in the United States and Europe.

Today, the security research community is able to identify many of these cyberattacks quickly, and solutions are distributed to patch the exploited software. These solutions are applied the same way a doctor prescribes medicine to treat a disease. As new diseases are discovered, new medicines must be developed and dispensed. Security researchers are similarly developing new software patches to address newly discovered vulnerabilities. We call this the “patch and pray” mentality.

Every time a new software vulnerability that exploits hardware is identified, a new software patch is issued. However, these patches only address the software layer and do not actually “treat” the underlying problem in the hardware, leaving it open to the creation of new exploits. In the medical field, this type of treatment regime is expensive and doesn’t cure the disease. In recent years, physicians have been advocating preventive medicine to treat the root causes of chronic diseases. Similarly, we need to adapt and find a better way to protect our computer systems. 

Nowadays, embedded computers use multiple pieces of free software or open source utilities that are maintained and updated by the open source community. Conversely, many such computers—with applications in sectors such as Industry 4.0, medical, and automotive—are rarely if ever provided with updated software. They just continue to run old versions with known vulnerabilities. Even though they may use open source components, this slow update cycle is due to devices needing to be requalified to make sure that any updates to the kernel or drivers do not break the system.

 Requalifying a device is expensive and even more costly when a new version of an operating system is involved. Often this is not even possible, since many companies outsource part or all of the development of their underlying hardware and software platforms in the form of licensed intellectual property (IP). These third-party components are usually licensed for a prebuilt function or as binary blobs and black boxes. The original equipment manufacturer (OEM) cannot modify these proprietary software components without additional licenses.

The net result is that individual third-party IP components are often not updated and only support certain versions of an operating system and software stack, further preventing the device that uses them from being updated. Additionally, the cost of supporting hardware devices is so large that many companies outsource technical support and device management to third-party companies who were not involved with the original development. This provides another barrier to updates; bugs can go unnoticed or unreported back to the development team. It’s also possible that the original team might no longer exist or might have moved on to its next project.

Because of these issues, protection from malware often requires a hardware upgrade. Take, for example, the cell phone market. Updates are often slow or nonexistent if you are not using one of the major brands. The market leaders are able to provide updates because they have tight control of their supply chains and enjoy sales volume sufficient to recoup their costs. Even then, they keep this up for only for a few years before the consumer is forced to upgrade. In between these hardware updates, software updates are employed in the form of the “patch and pray” approach.

DARPA’s System Security Integrated Through Hardware and firmware (SSITH) program seeks to break this cycle of vulnerability exploitation by developing hardware security architectures to protect systems against entire classes of the hardware vulnerabilities that these software exploits attack. SSITH’s philosophy: By treating the problem at its root—the hardware—it can end the need for continual “patch and pray” cycles.

With the National Institutes of Standards and Technologies, we have grouped the MITRE CWE database of vulnerabilities into seven hardware classes.  Our research teams have been developing novel methods to stop buffer errors, privilege escalations, resource management attacks, information leakage attacks, numeric errors, code injection attacks, and cryptographic attacks. This approach has shown promising results with minimal impact to power, performance, chip area, and software compatibility. These architectural techniques can be incorporated into the entire range of computer hardware and scale from IoT endpoints to mobile phones to advanced servers and, ultimately, to supercomputers. 

One of the challenges when developing secure hardware is quantifying performance. Since there are no agreed upon standards for doing this, SSITH has developed a security evaluation tool to analyze hardware architectures. This tool quantifies the impacts of security on performance, area, and power consumption while using a battery of synthetic software tests to benchmark the hardware designs for security coverage.

To help further mature the SSITH hardware designs and the security benchmark software, DARPA is conducting its first bug bounty program, entitled Finding Exploits to Thwart Tampering (FETT). Run in partnership with the Department of Defense’s Defense Digital Service and trusted crowdsourced security company, Synack, FETT aims to take a crowdsourced red team approach to test and analyze the initial versions of the SSITH technology. From July to September 2020, members of the Synack Red Team will use their best techniques to attack and stress test this technology. By addressing any discovered weaknesses and vulnerabilities, the SSITH research teams will be able to further harden their novel defenses while making computer hardware safer for everyone.

About the Author:

Keith Rebello is program manager at DARPA’s Microsystems Technology Office.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Ce que peuvent les villes

À l’occasion du second tour des élections municipales et de la sortie européenne de notre publication « Villes contre multinationales » (désormais disponible intégralement en ligne en français, anglais et espagnol), voici une lettre spéciale sur ce que peuvent vraiment les villes et leurs habitant.e.s face aux défis écologiques, économiques et sociaux d’aujourd’hui et de demain.

Oui, les villes peuvent être une force majeure de changement et de démocratie face au poids croissant des grandes entreprises et au monde qu’elles nous construisent. Oui, certes, elles sont confrontées à de puissant acteurs, et à de nombreux obstacles. Mais oui, quand il y a de la volonté politique et un engagement citoyen, il est possible d’avancer.

Et, bien sûr, non, tout ne se réduit pas aux élections. Les élus même les mieux intentionnés ne peuvent pas grand chose sans mobilisation et initiatives des habitants sur le terrain. Et on peut agir sans être au pouvoir.

Bonne lecture

Pourquoi « villes contre multinationales » ?

Cette publication a son origine dans un constat simple : dans le monde entier, et particulièrement en Europe, les villes sont devenues un champ de bataille face au pouvoir croissant des multinationales, et à tous les problèmes sociaux et écologiques qu’elles apportent avec elles.

C’est vrai dans les industries urbaines traditionnelles comme l’immobilier ou les services collectifs, mais cela se traduit aussi désormais par une industrie touristique de plus en plus envahissante, par les « disruptions » dérégulatrices imposées aux villes par les plateformes et des géants du numérique, ou encore par l’emprise croissante de grands fonds financiers sur les espaces urbains. Et c’est tout aussi manifeste si l’on considère les oppositions et les obstacles auxquels se heurtent les élus, les citoyens ou les mouvements urbains qui cherchent à répondre à l’urgence climatique et à construire des alternatives concrètes pour protéger les droits fondamentaux ou assurer un approvisionnement énergétique ou alimentaire soutenable.

Plusieurs facteurs concourent à rendre les villes de plus en plus importantes : l’importance de l’échelle locale pour construire une économie juste et une société vivable, une plus forte responsabilité démocratique qu’au niveau national ou européen, mais aussi parce que les villes sont des lieux où se concentrent et se confrontent le pouvoir économique, les inégalités, et les aspirations au changement.

Lire à ce sujet l’introduction : Comment les villes européennes se transforment en champs de bataille face au poids excessif des grandes entreprises et de la finance.

Nous co-publions « Villes contre multinationales » avec trois partenaires européens dans le cadre du réseau ENCO. Le sommaire complet et le lien vers chaque article sont disponibles ici. « Villes contre multinationales » est publié dans le cadre de la collection Passerelle de ritimo. Plus d’informations ici, notamment pour obtenir une version imprimée.

Nos projets initiaux pour le lancement de cette publication ayant été interrompus par l’épidémie du Covid-19, cela nous a donné l’occasion d’en tirer quelques premières leçons : « Villes contre multinationales » dans un monde post-Covid. La crise sanitaire a mis en pleine lumière la conséquences de la privatisation et de l’austérité. Elle a aussi mis à l’ordre du jour la résilience et de la relocalisation. Ça tombe bien : c’est exactement ce dont nous parlons dans « Villes contre multinationales ».

La relocalisation en pratique

Nous avons déjà abordé ce sujet dans notre précédente lettre : il y a relocalisation et relocalisation. La version privilégiée par les grandes entreprises consiste à faire venir un peu plus près certaines lignes de production, en échange de soutien public. Des villes se sont lancées dans des démarches beaucoup plus ambitieuses, et beaucoup plus transformatrices. Par exemple Preston, une ville pauvre du nord de l’Angleterre qui a choisi de ne plus dépendre d’investisseurs extérieurs ou de grands projets de centres commerciaux pour son « développement ». La municipalité a réorienté radicalement ses achats publics pour favoriser les acteurs économiques et sociaux locaux plutôt que les grandes entreprises, en encourageant la création de coopératives. Et les résultats sont là (lire Le modèle de Preston. Comment une ville britannique est devenue la pionnière d’une politique progressiste des marchés publics).

Autre exemple en France : les communes de Mouans-Sartoux et, plus récemment, de Vannes, qui ont créé des « fermes municipales » afin de produire des aliments locaux, bio et de qualité pour leurs cantines scolaires. Et ça change tout : pour les enfants et leurs parents, pour les cuisiniers et cuisinières, et pour les paysans qui retrouvent le sens de leur travail et bénéficient de conditions de revenus et de travail plus intéressantes (lire Ces « paysans-fonctionnaires » qui approvisionnent des cantines scolaires en aliments sains et locaux).

Bien entendu, créer une ferme municipale n’est pas la seule manière de favoriser des systèmes agricoles locaux durables. À Rennes par exemple, cela passe par une utilisation innovante des marchés publics pour à la fois assurer une alimentation de qualité dans les cantines scolaires, soutenir les paysans dans la transition vers le bio, et protéger la qualité de l’eau pour éviter des traitements coûteux.

De Barcelone à Copenhague en passant par Grenoble et Naples, de nombreuses villes essaient d’utiliser leurs marchés publics pour renforcer le tissu économique local, répondre à l’urgence écologique, protéger les travailleurs ou lutter contre l’évasion fiscale. Un outil politique puissant pour les municipalités, mais qui se heurtent à des règles européennes qui continuent à privilégier le marché unique (lire Ces villes européennes qui utilisent leurs marchés publics pour défendre des valeurs de justice sociale et environnementale).

Le secteur de l’économie sociale et solidaire a lui aussi un rôle central à jouer pour (re)construire des villes centrées sur les besoins et les aspirations de leurs habitant.e.s, plutôt que se focaliser, comme le veut le modèle dominant, sur leur « attractivité » vis-à-vis des investisseurs et des touristes. Barcelone, à la fois « ville-monde » hypertouristique et dotée d’un riche tissu social, est l’un des lieux où ce dilemme est le plus apparent (lire Ville vitrine, ville agora. Une vision pour Barcelone depuis le secteur de l’économie solidaire).

Faire face à l’urgence climatique et maintenir un monde vivable, sans dépendre de la bonne volonté des grandes entreprises

Confrontées à l’urgence climatique et à l’inaction des gouvernements nationaux, les villes n’ont souvent pas d’autre choix que de prendre elles-mêmes l’initiative. De fait, les véritables solutions à ces problèmes sont souvent par nature locales. Conduire la transition vers des systèmes énergétiques décentralisés et démocratisés basés sur les renouvelables, interdire les voitures polluantes, développer un approvisionnement alimentaire local et bio, viser le zéro déchet... Telles sont quelques-unes des politiques menées par de nombreuses municipalités européennes, de leur propre initiative ou sous pression des citoyens, menaçant directement les intérêts établis des multinationales.

Nous en donnons plusieurs exemples dans « Villes contre multinationales ». En Allemagne, bien sûr, avec l’expérience du canton de Barnim au nord de Berlin (lire Transitionner à l’échelle locale. Une petite ville au nord de Berlin montre le chemin). Mais aussi en République tchèque, où les habitants de Horní Jiřetín ont réussi à sauver leur commune destinée à être rasée pour laisser place à une mine de charbon, et lancé du même coup un mouvement de sortie des énergies fossiles en général (lire Bonne nouvelle du bord de l’abîme. L’histoire de Horní Jiřetín, petite ville de Bohême qui a défié l’industrie charbonnière). L’Espagne a vu l’essor d’un mouvement pour le droit à l’énergie et de nombreuses coopératives énergétiques, mais pour construire un système énergétique véritablement démocratique, compatible avec la sauvegarde du climat, et mettre fin à la mainmise des grandes entreprises sur le secteur, un troisième pilier est nécessaire : la remunicipalisation des réseaux électriques (lire Débrancher l’oligopole. Trois approches pour démanteler le pouvoir des grandes entreprises électriques en Espagne).

Nous nous arrêtons en particulier sur le cas de Loos-en-Gohelle, commune de l’ancien bassin charbonnier du nord de la France. Ancienne ville charbonnière, Loos a appris à vivre avec son passé plutôt que de s’en détourner, en installant des panneaux solaires sur les anciens terrils. La clé de ce succès ? Miser sur la participation démocratique et partir des besoins réels des populations locales (lire Loos-en-Gohelle, du charbon à la transition énergétique. Y a-t-il un avenir pour une petite ville sans ressources ?).

Ces combats ne se limitent pas au secteur de l’énergie. En Allemagne, sur fond de Dieselgate, des citoyens et parfois des élus ont multiplié les initiatives et les combats pour réduire la place de la voiture en ville et encourager l’usage du vélo et des transports en commun (lire Quand citoyens et villes allemandes se soulèvent face à l’industrie automobile). En Italie, des élus, des docteurs et des citoyens remettent en cause l’installation à marche forcée d’antennes 5G (lire « Stop 5G ». Ces habitants, docteurs et juges qui vont à contre-courant de l’amour des Italiens pour les smartphones). Contre-exemple : malgré les protestations de certains, la ville de Belgrade a signé un contrat avec le groupe français Suez pour construire un incinérateur géant, au lieu d’engager une vraie politique de « zéro déchet » basée sur la prévention comme l’ont fait d’autres pays des Balkans (lire Déchets publics, profits privés. Belgrade peut-elle régler le problème du traitement de ses ordures sans un partenariat coûteux avec une multinationale française ?).

Des services publics et de soin pour tou.te.s

L’importance vitale des services publics et des services collectifs de « soin » - et de leurs travailleuses et travailleurs souvent bien mal traitées – est devenue évidente durant la période de confinement. Dans des pays comme l’Espagne, la France et la Belgique, les centres privés d’accueil de personnes âgées ont fait scandale en raison de leurs carences durant l’épidémie, renforçant les appels à une remunicipalisation des services de soin sur la base d’un « partenariat public-communs » (lire Prendre soin de la vie dans les villes. Féminisme et remunicipalisation en Espagne contre la marchandisation du « care »).

Le cas du secteur de l’eau en France – même s’il s’agit d’une lutte encore inachevée – reste un exemple de la manière dont des communes et des citoyens ont réussi à remettre en cause la mainmise totale qui était celle de Suez et Veolia, et démontrer que le secteur public pouvait être plus efficace, tout en portant des valeurs de justice sociale, de protection de l’environnement et de droit à l’eau pour tous (lire Adieu à la privatisation ? Paris, Grenoble et le mouvement de remunicipalisation de l’eau en France).

Il y a malheureusement des tendances exactement inverses. Sous le terme de « ville intelligente » ou smart city se cachent souvent des formes plus ou moins directes de privatisation de la gestion et du fonctionnement des villes, qui intéressent aussi bien des acteurs urbains traditionnels (BTP, services) que les géants du numérique... sans parler de l’industrie de la sécurité et de l’armement (lire Géants du numérique, privatiseurs et marchands d’armes : pourquoi la révolte couve contre la « smart city »).

Les villes sont-elles vouées à être « complètement seules » ?

Dire que les villes peuvent beaucoup, ce n’est pas sous-estimer la puissance et l’influence des acteurs économiques auxquels elles sont confrontées – marchés financiers, multinationales dotées de ressources largement supérieures -, d’autant que ces derniers jouissent souvent de forts soutiens politiques. Pire encore, les règles du jeu (le droit européen, les accords de libre-échange) sont souvent biaisées en leur faveur.

Les combats de la municipalité de Naples depuis l’élection en 2011 du maire Luigi de Magistris à la tête d’une coalition de mouvements citoyens, écologistes et de gauche, se sont soldés par des succès, mais se heurtent sans cesse aux règles nationales et européennes qui limitent ses marges de manœuvre financières (lire Une ville face aux pouvoirs établis. Le combat de Naples contre les intérêts économiques et le crime organisé).

Le premier moyen de mettre les municipalités progressistes ambitieuses sous contrôle est – tout comme pour la Grèce en 2011 – la dette. Les « municipalités de changement » élues en 2015 en Espagne, nées d’une révolte contre l’austérité, ont cherché à développer des démarches comme les « audits citoyens de la dette », mais n’ont pas réussi à sortir vraiment de ce carcan (lire S’attaquer à la dette depuis le bas. Le municipalisme face au carcan de la finance).

« Nous sommes aussi grands que l’ennemi que nous choisissons de combattre. »

Malgré l’apparence d’une lutte profondément inégale, des victoires sont possibles. À Barcelone, la mobilisation d’un collectif d’habitants du quartier de Raval a obtenu un succès partiel contre Blackstone, un géant de la finance qui s’est fait une spécialité de racheter à bas prix des immeubles dans les villes du monde entier, pour en extraire des millions de dollars de profits au détriment des locataires (lire #RavalVsBlackstone : comment un collectif d’habitants de Barcelone a fait reculer un géant de Wall Street).

À Dubrovnik, en Croatie, une ville qui subit de plein fouet les effets du tourisme de masse, les habitants ont réussi à bloquer un mégaprojet touristique de golf et de complexe hôtelier qui bénéficiait pourtant d’un fort soutien politique. Mais l’investisseur s’est tourné vers les tribunaux d’arbitrage privés pour passer outre la volonté démocratique des citoyens de la ville (lire « Qu’est-ce que Dubrovnik aujourd’hui ? » Golf, accords de libre-échange et le combat pour l’âme d’une ville).

À Berlin, le mouvement pour le logement a forcé les autorités à geler les loyers et à protéger des immeubles des appétits des spéculateurs. Une campagne est en cours pour aller encore plus loin : une remunicipalisation de tous les logements détenus par des grands groupes privés dans la capitale allemande (lire « Des gens normaux doivent pouvoir habiter en ville pour des loyers normaux. » Les citoyens en première ligne de la révolution du logement à Berlin).

Publié le 26/06/2020
A lire sur le site Observatoire des multinationales
  • 13 juillet 2020 à 17:12

IEEE Foundation COVID-19 Fund Supports Five Programs

Par Karen Kaufman
Illustration of a hand holding a coin and a doctor's hand holding a heart.
Illustration: iStockphoto

IEEE COVID-19 coverage logo, link to landing page

THE INSTITUTE The IEEE Foundation established the COVID-19 Response Fund in April to support IEEE programs and initiatives that are helping members weather the pandemic.

To date, the fund has received more than US$27,000 from individual donors and philanthropic organizations worldwide.

Here is a selection of activities that have been funded:

• The IEEE Humanitarian Activities Committee and the IEEE Special Interest Group on Humanitarian Technology will receive a $5,000 contribution to the groups’ IEEE SIGHT #COVID19 special-project funding. This initiative is awarding grants to IEEE volunteer-led projects that could immediately impact the fight against the coronavirus and its effects.

“IEEE HAC and IEEE SIGHT are grateful to the IEEE Foundation donors who are making it possible for grassroots IEEE volunteers to combat COVID-19 through innovative solutions in their own communities,” says IEEE Senior Member Sampath Veeraraghavan, chair of the IEEE SIGHT steering committee.

IEEE Spectrum will receive $10,000 to support its IEEE COVID-19 News and Resources hub. The hub is helping drive COVID-19 innovation through collaboration and sharing of knowledge, by serving as a central location for articles and IEEE resources that focus on the pandemic.

On the site are updates about IEEE members developing technologies to fight the virus, resources from across IEEE available to members, as well as products, services, and courses.

“The hub provides valuable COVID-19 news and information to IEEE members and the wider technology community,” says Susan Hassler, editor in chief of IEEE Spectrum. “To date, 1 million unique visitors have used the content the hub provides. And thanks to donors’ generous support, we are also planning a special print report, ‘Preparing for the Next Pandemic,’ which will appear in the October issue.”

IEEE Technical Activities will receive a $5,000 contribution to IEEE DataPort’s COVID-19 data competition, which is expected to launch later this year. The IEEE DataPort platform enables users to store, search, access, and manage standard and open-access datasets. The competition will ask contestants to analyze data on the platform with the goal of providing insights into the pandemic. The donation will be used to fund the top prize.

“The competition will engage researchers and technical experts from across the globe, with the goal of yielding data analyses that can provide benefits to all who are seeking to mitigate the impact of COVID-19 on society,” says IEEE Senior Member David Belanger, chair of the IEEE DataPort steering committee.

IEEE Educational Activities and the IEEE Education Society will receive $5,000 to support the next installment of their online event for university faculty members around the world, Effective Remote Instruction: Reimagining the Engineering Student Experience. This free event, running from 27 to 31 July, will equip instructors with research-driven information that can help them offer effective, remote education.

“Thanks to this grant, we will be able to provide this high-quality event, taught by experts at no cost, potentially impacting thousands of students globally during the course of the pandemic and beyond,” says IEEE Senior Member Stephen Phillips, vice president of the IEEE Educational Activities board of directors.

• The IEEE Foundation Staff Running Team will receive $1,939. The employee team was scheduled to participate in April in the Unite Half Marathon and 8K at Rutgers University in New Brunswick, N.J., but due to the pandemic, the running event was held virtually. The team’s goal had been to raise $8,000, most of which was to be donated to IEEE Smart Village, but due to the state’s mandate for people to stay home, the team fell short of its goal. The IEEE Foundation is making up the difference.

Donations to the IEEE Foundation COVID-19 Response Fund are still being accepted.

Karen Kaufman is senior manager of communications for the IEEE Foundation.

Les résidents d’un Ehpad recréent des pochettes d’albums cultes : 12 photos fun et amusantes

Par Mégane Bouron
De Queen à Adele en passant par David Bowie : au total, près d'une dizaine de pochettes d'albums ont été parodiées par ces personnes âgées.

VIDÉO. Partir à l’autre bout du monde sans avion : découvrez le slow travel

Par Edie & Alexis
Prendre le temps de profiter du voyage : découverte du slow travel avec Céline du blog green Iznowgood. Et si c'était ça le tourisme de demain ?

VIDÉO. Le maire d’une commune bretonne impose l’agriculture bio à 400 propriétaires

Par Axel Leclercq
Grâce à un article du code rural, cet élu breton a trouvé comment contraindre des propriétaires à consacrer leur terres à l'agriculture biologique.

VIDÉO. « Ne culpabilisez pas, ce n’est pas de votre faute » : elle brise le tabou de l’infertilité

Par Mégane Bouron
Pourquoi le drame de la fausse couche est-il encore tabou ? En partageant son expérience, Juliette Katz espère briser le silence autour de ce sujet.

VIDÉO. Découvrez la danse nocturne des lucioles : un merveilleux feux d’artifice naturels

Par Mégane Bouron
Au Japon, le Festival Tatsuno célèbre chaque année le bal naturel et éphémère des lucioles, ces petits insectes au corps éclatant.

Une église desservie par la Fraternité Saint-Pierre en Floride incendiée

Par Summorum Pontificum
Une église desservie par la Fraternité Saint-Pierre en Floride incendiée
Ce samedi matin 11 juillet à 7h30, un homme a mis le feu à l’église Reine de la Paix d’Ocala (Floride – USA). L’homme a percuté volontairement les portes de Lire la suite ...

Mise en demeure des Foyers de charité et de la CEF

Par Maximilien Bernard
Mise en demeure des Foyers de charité et de la CEF
LES FOYERS DE CHARITÉ ET LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DE FRANCE SONT MIS EN DEMEURE PAR LE COLLECTIF DES ANCIENNES ÉLÈVES DE CHÂTEAUNEUF-DE-GALAURE : Le Collectif des Anciennes élèves Lire la suite ...

VIDÉO. Son rêve de gosse est devenu son métier : il construit des cabanes en Polynésie

Par Axel Leclercq
De fil en aiguille, Alain est devenu maître dans l'art de construire des cabanes. Une passion qui l'a naturellement conduit au métier de cabaniste.

VIDÉO. Bali : un dauphin retrouve sa liberté après des années de captivité dans une piscine d’hôtel

Par Mégane Bouron
Après avoir passé les deux tiers de sa vie en captivité, ce dauphin se prépare aujourd'hui à retrouver une totale liberté.

Défendons-nous Marx?

Par Réponses catholiques

Vous semblez défendre Marx. Pourquoi ? Avez-vous lu “Le livre noir du communisme” ? Vous vous convaincrez définitivement du caractère foncièrement néfaste, nocif, répugnant, et pour tout dire, sataniste, du communisme… et de ceux qui l’ont prêché. Le nombre de morts, les tortures aussi bien psychologiques que physiques, la perversité du système, l’organisation de la culture de la haine et de la délation, ne laissant plus aucun repos aux esprits sans cesse aux abois, à se dire : quand serai-je dénoncé à mon tour ? Quand vont-ils venir me chercher ? Un tel système est par définition sataniste. Il prétend prêcher la parole du juste, et en fait, il emprisonne le peuple, tout un peuple, dans une immense prison à ciel ouvert. Ce système prend le pouvoir par la terreur et ne peut se maintenir, étant donné ce qu’il est, que par la terreur, un cycle répressif et totalitaire d’une cruauté et d’une inhumanité sans faille puisqu’il a pu se maintenir pendant plus de 70 ans et qu’il se maintient encore par un artifice d’ouverture alors qu’à l’intérieur, toutes les séquelles de ce Mal personnifié sont toujours présentes, actives, souterraines, ne demandant qu’à rebondir s’il le faut. La Bête n’est pas morte, elle somnole. Voilà ce qu’est le communisme, Marx, Lénine, Staline, Mao, Pol-Pot et tous les autres tyrans, que la médiocrité et la frustration a poussés au poste de commande le plus haut, permettant l’horreur inouïe. Marx, sataniste ? Quelle question ! Bien sûr qu’il l’est. Il l’est rien que pour avoir pondu son manifeste, avec l’aide de quelques-uns, aussi néfastes que lui, de ceux qui se disent juifs et qui ne le sont pas, et qui appartiennent à la synagogue de Satan. Et comme le dit Jésus, “Vous les reconnaîtrez à leurs oeuvres”. Quelles sont les oeuvres des communistes ? L’une d’elles par exemple, est la famine avec la confiscation des terres et des semences. Elle coûta la vie à des millions de paysans dont Lénine se réjouit. Staline plus tard, employa la même méthode. Il y a pire, que peut-il arriver de pire que de pousser à une mort par la faim, qui est une torture, des millions de personnes ? Ce qu’il peut y avoir de pire tient en quelques mots ou un seul, il ne s’agit pas seulement de tuer effectivement mais d’avilir. La famine conduisit des paysans à tomber dans l’anthropophagie. Ils dévorèrent des enfants, les leurs, ou des enfants qu’ils kidnappèrent. Les seuls fautifs sont ceux qui les y ont poussés, ceux qui avaient confisqué les semences notamment, qui ont étendu la pauvreté et l’abandon, les temps rigoureux et le désespoir ont fait le reste. La même chose fut pratiquée par Pol-Pot, par Mao. C’est donc apparemment en pays communiste, un mode opératoire. Comme ils disent “la fin justifie les moyens.” Qui aurait pu dire que la fin justifie les moyens, sinon un roublard comme Satan, qui prend les chemins les plus douteux pour arriver à ses fins ? Donc, oui, Marx, sataniste. Et d’abord Marx sataniste. Forcément. Toutes les autres horreurs en ont découlé. Les communistes sont en guerre contre Dieu car le verbe de Dieu libère. Beaucoup de communistes diront “je n’aime pas les animaux.” Mais c’est bien évident quand on sait qu’on appelle Création, tous les êtres vivants y compris les animaux. Ils n’aiment pas plus les beaux paysages et il convient de faire vivre l’homme dans des villes affreuses, des constructions sans âme, pour maintenir l’homme dans un état de mépris de soi, ou de détresse psychologique, de désespoir permanent. C’est pourquoi toutes les villes communistes sont sans âme, froides, immondes par leur inhumanité. Toute idée, toute originalité est bannie. On s’éloigne à ce point du jardin d’Eden, qu’on se demande s’il a jamais existé ou pu exister, s’il a pu exister un monde harmonieux. Le désespoir. Les communistes veulent que l’homme désespère, 365 jours sur 365 et 24 heures sur 24, sans répit, sous surveillance continuelle, sans joie, etc. Les récalcitrants sont envoyés au Goulag quand ils ne sont pas liquidés par centaines dans les fosses communes (on en trouve encore, et encore, et encore). Le chiffre de 150 millions de morts pour le monde communiste est donc un chiffre approximatif, et minimal. Derrière un rideau de fer, une humanité est broyée, et livrée à des tyrans sans merci. Que peut-il arriver, même à ces tyrans ? La folie. Marx, et les autres étaient au mieux des fous dangereux, au pire des affreux et répugnants sociopathes, psychopathes, des adeptes de Satan qui à l’abri de leur rideau de fer, se sont livrés à une orgie de meurtres sur des populations déboussolées, déstabilisées, un blasphème contre Dieu. En massacrant comme ils ont massacré ses brebis, ils ont commis un blasphème inexcusable à jamais contre Dieu. Les monstres ne sont pas sauvables car ils ne le veulent pas. Jésus a dit “tous ne seront pas sauvés”. Vous ne pouvez pas sauver celui qui veut se noyer à tout prix. Mais il faut avoir pitié des victimes de ces monstres. C’est des victimes qu’il faut avoir pitié et c’est à elles seules que l’on doit réserver toute l’empathie, tournant le dos définitivement aux monstres qui n’inspirent que le dégoût. Alors, oui, Marx sataniste, et ses comparses de même. On n’a même pas besoin de lire le livre de cet évangéliste pour parvenir à la même conclusion que lui, il suffit de laisser parler aussi les peuples. Allez interroger en Russie, en Chine et ailleurs. Aujourd’hui, les victimes du communisme commencent tout doucement à panser leurs blessures qui sont très profondes. Certaines n’y parviennent pas et se sont renfermées. Les gens ne peuvent tout dire car aussi longtemps qu’il subsistera une once, un gramme de communisme, il se fera sentir sur la psyché de tous et de chacun, la peur reste omniprésente, la peur de représailles toujours, de quelque chose qui va vous tomber dessus et venir vous chercher, même encore maintenant. Le traumatisme qui s’est installé depuis des décennies refuse de lâcher prise. Les Russes, les Chinois et tous les autres sont toujours prisonniers, comme si au fond de leur cerveau, il y avait un espion à la solde du communisme. Chuttt ! ne pas parler ! pas encore ! N’est-ce pas du satanisme quand on a ligoté l’homme, qu’on l’a éloigné de Dieu et qu’on a supprimé l’espoir, qu’on le menace s’il s’efforce à l’espoir, même en cachette, qu’on l’épie en permanence ? Dans un monde comme celui-là, on ne crée plus. Car l’esprit prisonnier tourne en rond. Tout ce que ces pays ont pu produire, ils ne l’ont pu que par l’espionnage dans le monde libre. Qu’on le veuille ou non, c’est la vérité. Elle tient à la psyché, une psyché paralysée par la peur, tenaillée par l’attente du moment où on va venir chercher, pour emmener dans un endroit glauque, d’où on ne revient jamais. Ces pays communistes sont l’Enfer sur Terre. Leurs peuples, des prisonniers à vie sans avoir commis un seul crime que celui d’être des peuples qui à l’origine croyaient en Dieu et qui voudront un jour se libérer.

Difficile de répondre face à une litanie aussi longue, confuse à nos yeux, et qui comporte plusieurs questions. De ce que nous croyons comprendre, il nous est reproché de « défendre Marx » et nous nous demandons où et quand nous avons pu faire cela. Ce que nous avons fait dans l’article https://www.reponses-catholiques.fr/refuter-les-erreurs-22/ et dans tous ceux qui ont suivi (15 en tout!), c’est dire que, pour réfuter un idéologue, il vaut mieux savoir ce qu’il a vraiment dit et, par conséquent, l’avoir lu. Ou, au minimum, s’appuyer sur des gens qui l’ont lu.

Ce que nous disons aussi, c’est que les mots ont un sens précis. Peut-être que le marxisme est d’inspiration diabolique, ce n’est pas le point de discussion Mais, un « sataniste », c’est quelqu’un qui rend un culte explicite à Satan. Jusqu’à preuve du contraire, Marx ne croyait ni à Dieu ni à diable donc, non, on ne peut pas dire, en toute rigueur, qu’il était à proprement parler « sataniste » (https://www.reponses-catholiques.fr/marx-et-satan-33/). Et la rigueur intellectuelle, c’est justement ce qui permet de combattre le mensonge des idéologies, le christianisme le proclame depuis qu’il existe, c’est même la devise de notre site.

Ce qui est beaucoup plus grave, c’est d’écrire que « Les monstres ne sont pas sauvables car ils ne le veulent pas. » Cette pensée, pour le coup, ne peut venir du Bon Esprit et va à l’encontre de toute la théologie catholique, cela depuis les persécutions antiques. Que personne n’est réduit à ses actes, si monstrueux soient-ils et que la rédemption est offerte à tout homme, c’est justement l’espérance chrétienne et c’est la foi qui anime tout aumônier de prison, qui croise les pires criminels.

Et justement, la réalité ne peut pas plus donner tort à l’auteur de la question que sa référence à Pol Pot. Des communistes qui sont devenus des chrétiens fervents, il y en a eu foule et les conversions au christianisme ont été massives parmi les anciens Khmers rouges, Khieu Sampan en tête. Cf : https://www.lefigaro.fr/actualite/2005/11/15/01001-20051115ARTFIG90012-l_etrange_conversion_des_bourreaux_khmers_.php. On peut toujours discuter de la sincérité et de la solidité de ces conversions. Il n’empêche que, quand l’Evangile leur est annoncé, il peut arriver que les pires « monstres » communistes rencontrent le Christ. Cela n’empêche pas qu’ils rendent des comptes à la justice des hommes pour leurs crimes. Mais qui sait s’ils ne nous précèderont pas au Royaume des Cieux ?

Marlène Schiappa vante ce matin son prix de la laïcité du Grand Orient de France

Par Jean-Marie Vaas
Marlène Schiappa vante ce matin son prix de la laïcité du Grand Orient de France
Ce matin, Marlène Schiappa, ministre chargée de la citoyenneté dans l’actuel gouvernement de Jean Castex, était l’invitée de BFMTV et de RMC. Interrogée sur le périmètre Lire la suite ...

Messe dans la forme extraordinaire à Guérande

Par Summorum Pontificum
Messe dans la forme extraordinaire à Guérande
Comme chaque année en juillet et août (du 11 juillet au 23 août inclus), la messe dans la forme extraordinaire sera célébrée les dimanches en l’église de La Madeleine de Guérande Lire la suite ...

Recette de pudding crémeux au chia et noix de coco

Par sophie

Instructions:

Dans un verre ou dans un bocal:

  • 4 c. À soupe (40g) de graines de chia
  • 240 ml de lait de coco (ou tout lait végétal)
  • 1 cuillère à soupe d’édulcorant comme le sirop d’érable ou le sucre de datte

Placer au réfrigérateur pour tremper de 40 minutes à 1 heure.

J’ai également ajouté des fruits frais, du granola à grains entiers et du yogourt sans produits laitiers.

source: @vegainsfood – Librement traduit de l’anglais par JDBN – crédit photos: @vegainsfood

Colombie : un botaniste confiné par la pandémie dans son jardin tropical

Par sophie

Calarcá (Colombie) (AFP) – D’une forêt luxuriante surgit la chevelure blanche d’Alberto Gomez. Quand la pandémie s’est déclarée, ce passionné de botanique s’est confiné dans le jardin qu’il a créé en Colombie, pays dont la biodiversité est l’une des plus riches de la planète.

Sans les trente employés qui l’accompagnent habituellement et loin de sa famille, installée à Bogotá, cet homme de 72 ans se bat pour préserver l’Eden qu’il a fait naître il y a plus de quarante ans. Le nouveau coronavirus l’a contraint à fermer.

« Je vis ici, dans ce jardin botanique du Quindio, depuis le mois de mars parce la pandémie m’a bloqué ici », a-t-il expliqué à l’AFP, parmi les 600 espèces de plantes endémiques plantées sur quatorze hectares.

Lorsque la Colombie est entrée en confinement le 25 mars pour contenir la propagation du Covid-19, ce parc situé à Calarcá, dans le département caféier du Quindio (ouest), a vu s’évaporer sa principale source de revenus : le tourisme. Il y attire 600.000 visiteurs par an.

Depuis, Alberto tient à la fois les rôles de jardinier, gardien, domestique, administrateur et « dictateur », dit-il en riant, « parce qu’ici pas une seule feuille ne bouge sans mon consentement ».

Pour continuer à payer les salaires des employés, il a frappé aux portes des banques, en vain. Puis il a eu recours au « crédit à taux d’usure » et a lancé un appel au secours sur les réseaux sociaux.

« J’ai mis au monde ce jardin », rappelle cet homme contraint par la crise sanitaire à trouver des solutions de survie. « Nous nous réinventons, comme on dit maintenant », dit-il avec humour.

SOS pour un Eden

Avocat de profession, Alberto s’est converti en « jardinbotaniste » lorsqu’il a commencé à s’intéresser aux plantes. Il avait à peine 20 ans. Le droit lui permettra de gagner sa vie, tout en développant ce centre de conservation écologique.

« J’ai peu à peu plongé dans un monde fascinant », explique-t-il.

Orchidées, plantes grasses, aquatiques ou médicinales, un musée de palmes, un zoo d’insectes, une immense serre de papillons, une bibliothèque, un cinéma, etc. composent ce jardin.

A la faveur de l’accord de paix signé en 2016 avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la part des « visiteurs étrangers est passé de 5 % à 20 % ». Cependant, « la quarantaine a ruiné le tourisme international, national et local », déplore-t-il.

Alberto a lancé une campagne intitulée « SOS por el Jardin Botanico del Quindio » (SOS pour le Jardin botanique du Quindio). Dans une vidéo, il invite à acheter des arbres, à parrainer des plantes ou des zones de ce paradis de la biodiversité, et à financer des projets par des dons.

Sur un terrain voisin, les employés ont planté plus de 70.000 plantes de 37 espèces endémiques. Avec le produit de leurs ventes, il a pu payer leurs salaires de mai et de juin.

Son but est de sauver d’une fermeture définitive ce lieu qui survit « en plein chaos de la déforestation, de la dégradation des écosystèmes, du réchauffement mondial et de l’extinction des espèces », explique-t-il.

Éviter la « destruction écologique »

Alors que le jour se lève à peine, vers 5h30 du matin, Alberto s’éveille au chant des oiseaux.

À l’aube « débute la symphonie et avec cette symphonie, je me lève », dit-il. La Colombie est le pays le plus « bio-divers » du monde après le Brésil. C’est aussi le premier pour la variété de ses oiseaux, dont le jardin compte 176 espèces.

Après un rapide petit-déjeuner, il prend soin des bassins où poussent les plantes aquatiques. Selon lui, « il n’y a rien de mieux pour apaiser l’esprit ».

Le reste de la journée, il développe ses projets et cherche des financements pour le parc. Ce dernier croît à l’ »état sauvage » faute de suffisamment d’entretien depuis plus de cent jours.

Président de l’association Red Nacional de Jardines Botanicos de Colombia (Réseau national des jardins botaniques de Colombie), Alberto se sent investi d’une responsabilité importante.

« Il faut d’extrême urgence sauver la Colombie de la destruction écologique (…). Nous ne pouvons attendre nos enfants, nous devons le faire nous, maintenant! »

Vers 21h30, il termine sa journée de travail par un café. « Durant cette pandémie, tous les jours sont les mêmes pour moi. Il n’y a pas de différence entre un dimanche et un lundi. »

Son esprit fourmille de projets éducatifs, de plans pour un second livre, de l’envie d’apprendre le français. « La seule chose interdite dans ce jardin, c’est d’arrêter de rêver », lance le botaniste.

© AFP – crédit photo:

Vue du jardin botanique à Quindio, le 6 juillet 2020 créé par Alberto Gomez © AFP Adriana RUIZ

Recette: Gâteaux de crabes comme dans le Maryland

Par sophie

Temps de préparation 15 minutes
Temps de cuisson 15 minutes
Temps de refroidissement 1 heure
Temps total 1 heure 30 minutes
Calories 315kcal
Auteur Sara Welch

INGRÉDIENTS:

  • 1/3 tasse de mayonnaise
  • 1 oeuf
  • 2 cuillères à café de moutarde de Dijon
  • 1/2 cuillère à café de sauce piquante
  • 1 cuillère à café de jus de citron
  • 1/2 cuillère à café d’assaisonnement Old Bay *
  • 2 cuillères à soupe d’oignons verts tranchés
  • 500g de chair de crabe en morceaux
  • 1 tasse de crackers salés écrasés *
  • quartiers de citron et sauce rémoulade pour servir en option
  • aérosol de cuisson

* Vous pouvez trouver la sauce Old Bay ici:

Il s’agit d’une combinaison d’épices variées incluant de la moutarde, du poivre noir, du poivron rouge, des feuilles de laurier, des clous de girofle, du piment de la Jamaique, de la cardamome, du gingembre, du paprika ainsi que de la cannelle

  • crackers utilisés:

INSTRUCTIONS:

Placer la mayonnaise, l’oeuf, la moutarde de Dijon, la sauce piquante, le jus de citron et l’assaisonnement Old Bay dans un bol moyen. Fouetter pour combiner. Incorporer les oignons verts.
Placer les miettes de crabe et de craquelins dans un bol, remuer doucement pour combiner. Versez le mélange de crabe dans la mayonnaise. Mélanger doucement pour enrober. Couvrir et réfrigérer pendant au moins une heure.
Préchauffez le four à 200 degrés. Enduisez une plaque de cuisson d’enduit à cuisson.
Former délicatement le mélange de crabe réfrigéré en 8 galettes de taille égale (environ 1/3 tasse chacune).
Placer les gâteaux de crabe sur la plaque. Cuire au four de 8 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient dorés et bien cuits.
Servir immédiatement avec des quartiers de citron et de la sauce rémoulade si désiré.

Recette Sauce rémoulade:

Ingrédients:

  • Verre d’huile de tournesol
  • Jaune d’oeuf
  • 0,5 cuil. à café Vinaigre
  • échalote
  • cuil. à café Moutarde forte
  • Sel
  • Poivre

Instructions:

Mettez le jaune d’œuf dans un bol et ajoutez la moutarde, le vinaigre, du sel et du poivre.

Fouettez jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Ajoutez l’huile en continuant à fouetter, goutte après goutte au début, puis en filet dès que la mayonnaise commence à prendre.

Épluchez l’échalote, hachez-la très finement et incorporez-la au mélange.

Gardez au frais jusqu’au moment de servir. (Calories = Très élevé)

Bon ap!

Source avec JDBN – Librement traduit de l’anglais par JDBN – crédit photo: www.dinneratthezoo.com

VIDÉO. Angkor Vat : bienvenue au cœur du plus grand bâtiment religieux du monde

Par Axel Leclercq
Un demi-million de tonnes de pierres ont été nécessaires à la construction de ce temple gigantesque, magnifique et ingénieux.

Il réalise une œuvre unique à l’intérieur d’une église près de La Rochelle : 8 photos spectaculaire

Par Mégane Bouron
Pour la première fois en France, un artiste a réalisé une peinture monumentale à l'intérieur d'une église située près de La Rochelle.

Alimentation responsable : découvrez la Box Généreuse, éthique et solidaire de Quinola

Par Publi-Rédactionnel
Rendre le monde plus solidaire, éthique et durable vous tente ? Avec sa Box Généreuse, Quinola vous invite à adopter une consommation plus responsable.

❌