FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Les bons réflexes à avoir quand on trouve un hérisson blessé, faible ou égaré

Par Mégane Bouron

De la mi-novembre jusqu’au mois de mars, le hérisson est en hibernation. Alors, si vous en croisez actuellement sur votre route, c’est probablement qu’il est en danger et vous pouvez agir pour le sauver. Comment ? En suivant ces précieux conseils de la Fondation 30 Millions d’Amis.

J’ai trouvé un hérisson la nuit : que faire ?

En théorie, si vous croisez un hérisson la nuit, il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Et pour cause, ce petit animal semi-nocturne dort la majeure partie de la journée et chasse à la nuit tombée. Toutefois, s’il vous semble blessé, affaibli, perdu ou s’il s’agit d’un nourrisson, suivez bien les conseils qui vont suivre.

Photo : Shutterstock

J’ai trouvé un hérisson en plein jour : quels réflexes ?

Si le hérisson est jeune ou faible

Vous êtes en promenade à pieds, à vélo ou en voiture et vous apercevez un choupisson (le nom du nourrisson) ou un hérisson affaibli sur le coin de la route ? Arrêtez-vous pour lui porter secours. Pour cela, déposez-le sur une bouillotte ou emmitouflez-le dans un plaid afin de la réchauffer. Ensuite, donnez-lui de la nourriture (insectes, croquettes ou pâtée pour chats ou chiens) et de l’eau.

« Vous pouvez donner du lait pour chiots et chatons que vous pouvez mélanger avec des petits pots pour bébés humains. N’administrez pas de lait de vache, il provoque des diarrhées mortelles. Si vous n’avez rien sous la main, vous pouvez toujours donner du sucre et de l’eau à la seringue ou dans l’urgence, steak haché, jambon, poulet, viande…« 

Anne, du Sanctuaire des Hérissons, citée par 30 Millions d’Amis

Évidemment, si le hérisson est toujours faible malgré votre aide, n’hésitez pas à consulter un centre de soins ou un vétérinaire afin de savoir comment réagir.

Photo : Shutterstock

SI le hérisson va bien mais qu’il semble égaré

Si vous apercevez un hérisson sur la route, en plein jour et durant cette période de l’année, c’est probablement qu’il est égaré. Dans ce cas, une seule chose reste à faire : le mettre en sécurité. Pour cela, nourrissez-le et construisez-lui un abri afin qu’il puisse hiberner : « Dans votre jardin, mettez un carton retourné rempli de feuilles, de foin, d’herbes sèches ou de papier journal, n’oubliez pas de faire un trou pour qu’elle puisse entrer et sortir. »

Conseil : pour aller plus loin, voici cinq gestes simples pour protéger les hérissons au jardin cet hiver.

Photo : Shutterstock

Si le hérisson est blessé

Si le petit animal présente une plaie ou s’il semble blessé, protégez-le en l’emmitouflant dans une couverture polaire, puis contactez sans plus attendre l’un des professionnels suivant :

  • Centre pour animaux sauvages
  • Société protectrice des animaux (SPA)
  • Vétérinaire le plus proche de chez vous
Photo : Shutterstock

De précieux conseils qui peuvent sauver les hérissons, d’autant plus qu’une surmortalité est aujourd’hui constatée, comme l’expliquent nos confrères de Franceinfo. En 20 ans, 70 % de l’espèce s’est éteinte. Un chiffre alarmant qui montre l’urgence d’agir.

VIDÉO. Avec son cube ludique, ce sapeur-pompier forme les enfants aux premiers secours

Par Mégane Bouron

Apprendre les gestes qui sauvent est essentiel, et ce, dès le plus jeune âge. Alors, pour former les enfants, ce pompier a eu une superbe idée : créer un support pédagogique et ludique. Démonstration.

Pas simple d’apprendre aux plus petits les gestes qui peuvent sauver des vies. Pourtant, cet apprentissage est crucial car aucun enfant n’est à l’abri d’être témoin d’un accident. Conscient de cette réalité, Mickaël Albrecht, sapeur-pompier et chef du groupement territorial Nord basé à Parthenay, dans les Deux-Sèvres, a imaginé un « jouet » pour le moins original : « Le cube du petit sauveteur ».

Mais concrètement, qu’est-ce que c’est ? Comme son nom l’indique, il s’agit d’un cube qui forme les petits aux gestes de premiers secours. Sur chaque face se trouve une histoire illustrée avec soin et qui met en scène un accident, exemple : une chute, un malaise, une coupure ou encore une brûlure. En retournant une nouvelle face, l’enfant découvre, à son rythme, comment réagir face à une situation d’urgence.

« Nous avons essayé. Les résultats sont excellents. En moyenne, au bout de trois démonstrations, les enfants retiennent les notions essentielles par cœur. »

Mickaël Albrecht, interviewé par La Nouvelle République

Regardez (une vidéo partagée par La Nouvelle République) :

Le « cube du petit sauveteur » est utilisé par les formateurs du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) lors des sessions « Apprendre à porter secours » (APS) qui sont dispensés à l’école, notamment en CM1 et CM2. Seul bémol, pour le moment, ce cube est uniquement destiné aux écoliers du département des Deux-Sèvres.

Un superbe objet qui a sa place dans toutes les écoles de France.

« Je l’entends, il pleure » : l’audio émouvant d’un pompier qui guide un papa à réanimer son bébé

Par Mégane Bouron

C’est un témoignage beau, profond et rare qui fait aujourd’hui le tour de la toile. Dans cet audio partagé par les Sapeurs-pompiers de la Charente-Maritime (SDIS 17), on assiste avec inquiétude et émotion à la naissance d’un nouveau-né.

C’était le 6 août dernier, aux alentours de trois heures du matin. Ce jour-là, un couple était sur le point d’accueillir son premier enfant. Mais le bébé, impatient de rencontrer ses parents, a décidé d’arriver plus tôt que prévu. Ce n’est donc pas à la maternité que la maman a accouché, mais bel et bien dans sa voiture, au bord d’une route nationale, à Nuaillé d’Aunis, en Charente-Maritime.

Seulement voilà, une fois sorti du ventre de sa mère, le nouveau-né ne pousse aucun cri. Il ne respire pas. Guidé au téléphone par un pompier, le papa va pratiquer les premiers gestes de secours afin de réanimer son bébé. De longues et précieuses secondes de réanimation qui vont permettre de le sauver.

« Glissez votre petit doigt un peu dans sa bouche, essayez d’aspirer un peu ce qu’il peut y avoir dans ses narines. Il faut lui déboucher les narines. Regardez un peu s’il y a quelque chose qui coince dans sa bouche. »

L’opérateur des pompiers

L’enregistrement téléphonique vient d’être partagé par les Sapeurs-pompiers de la Charente-Maritime. Le voici :

Naissance par téléphone avec les sapeurs-pompiers

[INTERVENTION] 👶Imaginez, il est 3 heures du matin, vous partez à la maternité pour accoucher. Vous êtes obligés de vous arrêter sur le bas-côté en urgence car vous sentez que vous n'aurez pas le temps d'y arriver. Vous composez le 18, et … la suite en vidéo !Un moment d'émotion que les parents et les sapeurs-pompiers ne sont pas prêts d'oublier !"Merci à l'opérateur pour son engagement, sa bienveillance, sa patience et sa réactivité. Notre "péripétie" nous a fait prendre conscience à quel point les opérateurs sont tout aussi importants que les secours qui arrivent sur place. Les opérateurs eux aussi sauvent des vies !Nous sommes très reconnaissants.Mille mercis, grâce à vous notre fils est en excellente santé."

Posted by SDIS 17 on Friday, October 29, 2021

Les jeunes parents ont été pris en charge par les pompiers et la maman a aussitôt pu rejoindre la maternité. Grâce à l’aide précieuse de l’opérateur et au sang-froid du papa, le nouveau-né est en parfaite santé.

Une séquence riche en émotion.

« Vous pouvez être ce donneur » : ils lancent un appel pour sauver la vie de leur petit garçon

Par Mégane Bouron

Âgé de sept ans, le jeune Aleandro est atteint d’une maladie génétique rare. Hospitalisé en urgence depuis une semaine, ce petit garçon ne peut survivre sans greffe de moelle osseuse. Impuissants, ses parents comptent désormais sur l’acte salvateur d’un donneur.

Les parents d’Aleandro lancent un appel à la solidarité, car pour leur enfant, le temps est compté. Du haut de ses sept ans, le petit garçon qui réside sur l’île de Ré, en Charente-Maritime, est atteint de l’anémie de Blackfan-Diamond (ABD), une maladie génétique rare qui touche près de 300 jeunes patients en France.

Elle se manifeste par une incapacité, pour la moelle osseuse, de produire des globules rouges (qui est pourtant l’une de ses fonctions principales). Cette anémie provoque des malformations congénitales variées qui peuvent toucher les membres, la face, voire les organes vitaux comme les reins, les parties intimes externes ou même le cœur.

Malheureusement, l’état de santé d’Aleandro s’est soudainement dégradé. L’enfant est aujourd’hui hospitalisé dans l’attente d’une greffe de moelle osseuse. Seulement voilà, il figure dans la liste d’attente mondiale et le délai peut donc se compter en jours, semaines, mois ou années. Pour « guérir » ou « sauver » leur fils, les parents recherchent au plus vite un donneur compatible.

Mais quelles sont les conditions indispensables pour prétendre à ce don de moelle osseuse ? Il faut être âgé de 18 à 35 ans et être en bonne santé (nul besoin de vivre en Charente-Maritime). Si c’est votre cas, rendez-vous juste ici. Après avoir rempli un questionnaire, vous recevrez un kit de frottis buccal afin de vérifier que vous êtes bien compatible.

ON PARTAGE ! ACTION=REACTION !!!Même FRANCEBLEU et OUEST-FRANCE nous soutiennent, vous aussi vous pouvez aider ALEANDRO, un test suffit, un partage aussi pour trouver un donneur compatible !!!

Posted by Guy Dumont on Sunday, October 24, 2021

« Un don de moelle se fait en 48 heures à l’hôpital, le donneur ne risque rien. Mon fils risque beaucoup plus en recevant la moelle : il sera en chambre stérile, il fera de la chimiothérapie, ça va être lourd mais ça peut le sauver. »

Les parents d’Aleandro, cités par Ouest-France

En faisant ce don de moelle osseuse, vous pourrez guérir ou sauver un maximum d’enfants atteints de l’anémie de Blackfan-Diamond (ABD). Plus les donneurs seront nombreux, et plus Aleandro et les autres jeunes patients auront une chance de s’en sortir.

Pour faire un don de moelle osseuse, rendez-vous ici.

Premiers secours : 6 gestes incontournables à connaître pour sauver des vies

Par Mathilde Sallé de Chou

Comment réagir lorsqu’une personne s’étouffe en face de soi ? Comment réaliser un massage cardiaque ou sécuriser les lieux d’un accident ? Quels sont les réflexes à avoir quand quelqu’un perd connaissance ? Dans ces situations de danger, la réactivité est la clé. Elle peut sauver des vies. Alors pour être capable d’agir avant l’arrivée du SAMU ou des pompiers, voici quelques gestes de premiers secours incontournables à connaître.

1 – Diagnostique et mise en sécurité

Avant de venir en aide à quelqu’un, assurez-vous que le lieu où vous vous trouvez est sûr, à l’abri de danger tels que la circulation, un incendie ou un courant électrique. Puis, appelez les secours et si vous le pouvez, délimitez un périmètre de sécurité autour de la victime.

Si tous les voyants sont au vert, approchez-vous de la victime et établissez un rapide diagnostic. Est-elle consciente ? Pour le savoir posez, lui, des questions simples, demandez-lui d’ouvrir les yeux, de serrer votre main. Il est inutile (malgré les idées reçues) de lui donner des claques pour l’aider à se réveiller !

2 – Libérez les voies aériennes

Photo : Shutterstock

Si la personne est inconsciente, il faut lui libérer les voies aériennes avant de la placer en position latérale de sécurité. Cette étape est importante, car lorsque quelqu’un est inconscient, ses muscles se relâchent. Sa langue peut ainsi chuter au fond de sa gorge, obstruant les voies aériennes et rendant la respiration difficile.

Pour libérer ses voies aériennes, allongez-la sur le dos, positionnez une main sur son front et basculez sa tête légèrement en arrière. De l’autre main, relevez son menton. Pensez également à déboutonner les deux premiers boutons de sa chemise, à défaire sa cravate ou sa ceinture.

Assurez-vous enfin que la victime respire bien. Penchez votre joue près de sa bouche. Observez alors sa poitrine pour voir si elle se soulève et essayez de capter le bruit de sa respiration ou la sensation de son souffle sur votre joue durant une dizaine de secondes.

3 – La position latérale de sécurité

Après avoir dégagé les voies aériennes de la personne inconsciente, installez-la en position latérale de sécurité (PLS). Et comme les images sont plus parlantes que de longs discours, voici, en vidéo, les conseils avisés d’un secouriste professionnel.

4 – Le massage cardiaque

En cas d’arrêt cardiaque, si la victime est inconsciente et ne parvient pas à respirer normalement, un massage cardiaque devra être pratiqué. Pour cela, des compressions thoraciques et des insufflations doivent être pratiquées en alternance jusqu’à l’arrivée des secours. Si vous n’êtes pas seul, demandez à quelqu’un de trouver un défibrillateur (DAE).

On trouve aujourd’hui des DAE disponibles dans la plupart des lieux publics (transports en commun, entreprises, établissements administratifs) et tout le monde peut les utiliser. Pour vous aider à trouver l’appareil le plus proche de vous, l’application Staying Alive recense plus de 220 000 défibrillateurs cardiaques dans le monde.

En attendant l’arrivée des secours et du DAE, c’est à vous de réaliser un massage cardiaque en alternant 30 compressions thoraciques d’environ 5 centimètres suivies de deux insufflations.

La méthode est à découvrir en vidéo juste ici :

5 – Réagir à un étouffement

Si la victime (âgée de plus de 1 an) ne peut ni parler, ni tousser, ni respirer, donnez-lui une claque dans le dos. Pour cela, placez-vous derrière elle, une main sous l’abdomen en penchant légèrement son buste vers l’avant. Donnez-lui une claque entre les omoplates et vérifiez si l’objet obstruant a été éjecté. Si ce n’est pas le cas, donnez-lui un maximum de 5 claques dans le dos en vérifiant à chaque fois si la manipulation a fonctionné.

À défaut, alternez en réalisant une compression abdominale (jusqu’à 5 fois). Installez-vous derrière la victime, les bras enserrant son ventre, les mains jointes, un poing fermé entre son sternum et son nombril. Penchez son buste vers l’avant, puis appuyez fortement votre poing vers vous et vers le haut pour éjecter l’objet ou l’aliment coincé.

Si le problème n’est toujours pas résolu, alternez 5 claques dans le dos et 5 compressions abdominales. Dans le cas où la personne perdrait connaissance, placez-la en position latérale de sécurité et appelez les secours. En attendant, réalisez un massage cardiaque comme expliqué ci-dessus.

6 – Réagir à un saignement

Photo : Shutterstock

La première règle de sécurité dictée par la Croix Rouge est d’éviter autant que possible d’entrer en contact avec le sang de la victime. Si elle est consciente et en fonction de l’emplacement de sa blessure, demandez-lui d’exercer une forte pression continue sur sa plaie pour arrêter le saignement.

Si vous le pouvez, enfilez des gants ou protégez vos mains d’un sac plastique ou d’un linge et comprimez vous-même sa blessure jusqu’à l’arrivée des secours.

Qui contacter ?

18 : les sapeurs-pompiers pour tout problème de secours (accident, incendie).

15 : le Samu pour tout problème urgent de santé.

17 : la police ou la gendarmerie interviennent pour les problèmes de sécurité ou de trouble à l’ordre public.

112 : numéro d’appel unique des urgences sur le territoire européen, recommandé aux étrangers circulant en France et aux Français circulant à l’étranger.

115 : le Samu social intervient auprès des personnes qui présentent une détresse sociale comme les personnes sans abri.

Si ces conseils peuvent vous aider à réagir dans l’urgence, ils ne valent pas une formation aux premiers secours en bonne et due forme. Pour cela, vous pouvez vous tourner vers la Croix Rouge, les pompiers ou la protection civile afin de passer la formation de Prévention et Secours Civiques de niveau 1. La meilleure manière d’acquérir les réflexes nécessaires pour, peut-être un jour, sauver une vie.

Comment reconnaître les premiers signes d’un AVC ?

Par Mathilde Sallé de Chou

Aujourd’hui c’est la journée mondiale de l’AVC. L’occasion de rappeler l’importance de repérer au plus vite les premiers signes d’accident vasculaire cérébral afin de permettre une prise en charge rapide et efficace. Pour vous y aider, voici la liste des premières manifestations qui doivent attirer votre attention.

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Il existe plusieurs types d’accident vasculaire cérébral et selon les cas, ils peuvent être mortels ou entraîner de lourdes séquelles, notamment au niveau du langage, de la mémoire ou de la motricité. Le plus courant est l’AVC ischémique causé par un caillot de sang qui obstrue une artère empêchant d’oxygéner le cerveau. Plus sournois, l’Accident Ischémique Transitoire (AIT) est causé par l’obstruction de l’artère cérébrale mais il a la particularité de se résorber de lui-même sans provoquer de séquelles.

« Ses symptômes sont les mêmes que l’AVC, mais ils durent de quelques secondes à quelques minutes avant le retour à la normale, peut-on lire sur le site du Ministère de la santé. L’AIT peut donc passer inaperçu et être confondu avec un simple malaise. Il signale pourtant un risque important d’AVC plus grave, c’est une urgence : il faut appeler le 15. »

Comment le repérer ?

Diagnostiquer l’AVC de façon précoce permet une prise en charge rapide qui peut permettre de réduire la mortalité de 30 % et limiter la gravité des lésions.

Photo : Shutterstock

L’accident vasculaire cérébral se manifeste différemment selon qu’il touche telle ou telle zone du cerveau. Les symptômes les plus courants et qui doivent vous alarmer sont les suivants :

  • Une déformation de la bouche : la personne en face de vous présente une asymétrie au niveau de la bouche lorsqu’elle parle ou qu’elle sourit.
  • Une faiblesse d’un côté du corps, bras ou jambe : demandez à la personne de lever ses deux bras devant elle. Si l’un d’entre eux ne peut être levé ou s’il retombe aussitôt, c’est un autre signe avant-coureur inquiétant.
  • Des troubles de la parole : l’AVC peut également se manifester par un trouble du langage. La personne a des difficultés à s’exprimer ou à comprendre ce qu’on lui dit.

Ces signaux d’alerte peuvent être couplés à des troubles de l’équilibre, des maux de tête intenses ou une baisse de la vision.

Que faire ?

Dans le cas où vous seriez témoin d’un de ces trois signes avant coureurs, n’attendez pas : appelez immédiatement le SAMU en composant le 15.

En attendant les secours, vous pouvez allonger la personne avec un oreiller sous la tête. Pensez à noter l’heure de l’arrivée des premiers symptômes pour en informer les secouristes. Enfin, ne faites ni boire, ni manger la personne et ne lui donnez aucun médicament jusqu’à l’arrivée de l’ambulance.

La prévention est l’affaire de tous. Partagez ces informations autour de vous un maximum. Qui sait, elles pourraient un jour vous sauver la vie !

❌