FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Coronavirus : ce tissu est capable d’éliminer 99,99% de la charge virale en une minute

Par Mathilde Sallé de Chou
Un tissu intelligent capable d'éliminer le coronavirus en une minute seulement ? C'est l'innovation prometteuse proposée par une société du Rhône.

Coronavirus : Voici ce qui se passe dans le monde du sport en mai 2020

Par sophie

Le coronavirus a mis une sacré pagaille dans le monde des sports, c’est le moins qu’on puisse dire. Toutefois, les choses commencent à bouger et, pour certains athlètes, c’est bientôt l’heure de rattaquer. Ils peuvent commencer à se préparer pour la reprise et enfiler de nouveau leurs crampons ou enfourcher leur monture. Voici les dernières nouvelles sur différentes compétitions de sport dans le monde entier.

Les courses hippiques de Woodbine reprennent

Les courses de chevaux seront de retour à l’hippodrome de Woodbine à Toronto, mais sans fans. La saison des courses de pur-sang, qui avait vu sa reprise reportée en raison de la pandémie, reprendra le 6 juin. Les courses de harnais, suspendues en mars, doivent reprendre le 5 juin au Woodbine Mohawk Park.

Mark Casse, l’un des meilleurs entraîneurs d’Amérique du Nord, estime que cette réouverture est cruciale : “Nous avons de nombreux chevaux que nous avons ciblés pour cette compétition et qui n’ont rien fait depuis deux mois”, a-t-il déclaré. Et il a ajouté : “Mais c’est encore plus important pour les propriétaires et les entraîneurs qui sont là depuis décembre et qui n’ont pas pu courir”.

Casse a remporté les Preakness et Belmont Stakes ainsi que cinq courses de la Breeders’ Cup. Il a été nommé meilleur entraîneur de pur-sang du Canada à onze reprises, ce qui constitue un succès sans précédent.

La Bundesliga fait son retour en Allemagne

La saison de football de la Bundesliga allemande a repris ce samedi après une interruption de deux mois provoquée par la pandémie de coronavirus. Le derby de la Ruhr entre le Borussia Dortmund et Schalke a débuté dans un stade vide, tous les matchs ayant été disputés dans des conditions d’hygiène strictes, selon les instructions de la fédération.

Les appels et les cris du personnel d’encadrement et des joueurs, ainsi que le bruit sourd du ballon frappé, ont résonné dans les tribunes, pour la plupart désertes. Mais tout n’était pas si chaotique car, en effet, les fans ont profité des paris mobiles gratuits non seulement pour suivre la rencontre mais aussi pour y apporter beaucoup plus d’intérêt, même en restant chez eux, ce qui a valu à cette reprise un entrain tout particulier de la part des supporters.

Dans le stade, le personnel d’encadrement et les joueurs qui n’ont pas participé au match portaient des masques sur les bancs de touche. Les remplaçants prenaient place dans les tribunes, plutôt qu’à côté des terrains comme d’habitude, tandis que les ballons et les sièges étaient désinfectés.

Les Jeux Olympiques de Tokyo reportés

Le président de l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré ce samedi qu’il ne sera pas facile de garantir la sécurité des participants aux Jeux Olympiques de Tokyo l’année prochaine, même après la plus grosse vague de la pandémie.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le Comité International Olympique (CIO), le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé à “l’unité nationale et à la solidarité mondiale” pour lutter contre l’épidémie de coronavirus avant les Jeux Olympiques.

La cérémonie d’ouverture des Jeux d’été devrait désormais se dérouler le 23 juillet 2021, après que le CIO et les organisateurs au Japon ont utilisé les conseils de l’OMS en mars avant de convenir d’un report d’un an pour les JO. Les Jeux, reportés cette année, devraient faire venir au Japon des athlètes de plus de 200 pays.

Le GP belge : une reprise sans fans

Le Grand Prix de Belgique peut se dérouler à sa date initiale du mois d’août, mais sans fans, ont déclaré vendredi les autorités locales de la région de Wallonie.

Après que la Belgique a interdit le mois dernier toutes les manifestations de masse dans le pays jusqu’au 31 août en raison de la pandémie de coronavirus, la course de Formule 1 prévue du 28 au 30 août sur le circuit de Spa-Francorchamps a été menacée et les organisateurs ont suspendu la vente des billets.

Deux jours après que le gouvernement belge a autorisé la reprise des entraînements à partir de la semaine prochaine, M. Di Rupo a déclaré que la piste rouvrira pour la pratique professionnelle exclusivement, à partir du 18 mai. Les organisateurs doivent maintenant signer un accord avec Liberty Media, propriétaire du groupe de Formule 1, pour que la course ait effectivement lieu.

source: JDBN – crédit photo: images.pexels.com

Lionel Messi : ce qui se cache derrière ce grand joueur

Par sophie

On a tellement écrit sur Lionel Messi ces dernières années qu’on se demande s’il reste quelque chose à découvrir sur lui, ou si certains petits détails ont pu être oubliés. Il y a peut-être des faits qui ne sont pas connus du grand public mais qui méritent tout de même d’être découverts. Jetons-y un petit coup d’œil…

Sa nourriture préférée est la Milanesa Napolitana

Il semblerait que cette recette fasse fondre depuis tout petit ce grand joueur de football. Ce plat, qui figure parmi les plats les plus appréciés en Argentine, est composé de divers ingrédients tels que le jambon, le sel, l’origan, le bœuf frit, les tomates hachées, les oignons, le fromage et le sucre.

Il aurait pu jouer pour l’Espagne

Résidant en Espagne depuis l’âge de 13 ans, Messi a la double nationalité et est qualifié pour jouer pour l’équipe d’Espagne. Selon sa biographie en ligne, on lui a demandé de jouer pour l’équipe espagnole des moins de 20 ans en 2004, mais il a décliné l’offre et, à la place, il a mené l’Argentine à la victoire dans le championnat junior de la FIFA un an plus tard, ce qui avait d’ailleurs fait exploser les paris sportifs de la part des fans du joueur et de l’équipe !  En général, toutes les équipes de football avec lesquelles Messi a joué ont vu leur cote s’accroître considérablement lors des événements sportifs majeurs dans le monde. Pas étonnant pour ce grand champion, n’est-ce pas ?

Il a été sorti du terrain après 44 secondes lors de ses débuts en Argentine

En août 2005, à la 65e minute d’un match contre la Hongrie, Lionel Messi, 18 ans, a remplacé Lisandro Lopez pour faire ses débuts chez les seniors de l’équipe nationale argentine. 44 secondes plus tard, son match était terminé. Sorti pour un bras battant en direction du Hongrois Vilmos Vanczak.

Son vrai nom est Luis

Connu dans le monde entier sous le nom de Lionel Messi, le joueur est en fait né dans ce monde le 24 juin 1987 à Rosario, en Argentine, sous le nom de Luis Lionel Andres Messi. On ne sait pas très bien pourquoi le joueur, ou même ses parents, ont choisi de l’appeler Lionel, si bien que divers récits indiquent qu’il a été rebaptisé de cette façon par le célèbre chanteur américain Lionel Richie.

Ses origines sont italiennes

Né et élevé en Argentine, il possède aujourd’hui la double nationalité en tant qu’Espagnol naturalisé. Mais l’héritage familial de Lionel Messi appartiendrait en réalité à l’Italie. Recanati est une ville de la province de Macerata, dans l’est du pays, et c’est de là que les ancêtres paternels sont originaires, son ancêtre Angelo Messi ayant émigré en Argentine en 1883. 

Il est apparenté à Bojan Krkic

Croyez-le ou non, Lionel Messi et l’ancienne star du FC Barcelone Bojan Krkic sont des cousins éloignés. Ramon Perez Llobera, l’arrière-grand-père de Messi né en 1859, était le frère de Goncal, né neuf ans plus tard et qui est l’arrière-grand-père de Bojan. Le monde est petit, n’est-ce pas ?

Il a un instinct de parieur sur le terrain

L’Argentin a souvent comparé ses talents sur le terrain à ceux d’un joueur de poker. En effet, Messi estime que ce sont ses “instincts de parieur” qui font de lui un joueur si brillant sur le terrain. Il a ironiquement comparé ses talents avec un ballon aux pieds à ceux d’un joueur de poker de haut niveau. L’international argentin a également déclaré, avec humour, qu’il est “le roi” lorsqu’il s’agit d’affronter les joueurs du FC Barcelone sur le jeu vidéo de football FIFA dont il est un sponsor officiel.

Il s’engage dans l’humanitaire

Afin de favoriser l’accès à l’éducation et aux soins, Messi et sa famille, en 2007, ont fondé l’association Leo Messi. A l’instar des sportifs les plus généreux, Messi apporte son soutien aux enfants les plus vulnérables dans le monde entier. Pour l’UNICEF et la Croix Rouge, Messi tente de promouvoir ce qu’il défend et se joint à des associations qui oeuvrent dans le but de reconstruire le monde d’aujourd’hui pour un monde meilleur demain.

source: JDBN – crédit photo: images.pexels.com

 

VIDÉO. À 80 km/h sur un tronc de bananier, ils descendent un volcan sans la moindre protection

Par Axel Leclercq
Chaque année, à l'occasion du Tapati, une fête traditionnelle, des hommes se retrouvent pour descendre un volcan à pleine vitesse et sans protection

Les sportifs les plus généreux

Par sophie

Lorsque l’on pense aux actions caritatives, nous viennent immédiatement en tête certains événements qui existent depuis tant d’années. Les fameux Restos du cœur créés par Coluche dans les années 1980 et qui au travers de concerts comme ceux des Enfoirés, sont entrés dans le cœur des français. On pense également au Sidaction, cette association qui lutte contre la propagation du VIH depuis 1994. Ou encore au Téléthon qui depuis 1987 s’emploie à financer la recherche sur les maladies génétiques neuromusculaires comme les myopathies. L’édition 2019 avait d’ailleurs permis de récolter une somme colossale même si elle était loin du record de 2006 qui avait dépassé les 100 millions d’euros.

Le monde du sport : une générosité à toute épreuve

Dans tous ces beaux événements, on associe souvent le monde des arts et spectacles pour faire la promotion et augmenter les promesses de dons. Depuis quelques années, ce sont bien les sportifs qui ont su s’y substituer pour proposer de nouvelles actions.

Il faut aussi parler des institutions sportives (fédérations, clubs) qui sont souvent partenaires d’organismes humanitaires ou qui reversent une partie de leurs recettes pour certaines causes.

Mais revenons à l’échelle individuelle. Souvent originaires de milieux sociaux défavorisés, les athlètes sont les premiers à mettre la main à la poche pour aider tous types d’associations. Bien évidemment, les sportifs les plus riches de la planète sont souvent les plus généreux lorsqu’il s’agit de penser aux plus démunis. Mais qui sont ces bienfaiteurs qui sont rarement mis en lumière ?

Roger Federer, Mohamed Ali, Cristiano Ronaldo… les exemples de bienfaiteurs sont légion dans le monde

Faire une liste complète des plus grands sportifs qui donnent de leur argent personnel ou de leur temps à certaines œuvres caritatives est impossible. Ils sont des milliers, superstars comme professionnels anonymes à faire progresser ces causes.

Historiquement, c’est un champion d’exception comme Mohamed Ali qui pourrait être considéré comme l’un des pionniers. Diagnostiqué à seulement 42 avec la maladie de Parkinson, le plus grand boxeur de l’histoire a tout de suite lutté contre ce fléau en créant notamment un centre de recherche performant.

Roger Federer aide souvent ses compatriotes et défend de nombreuses causes pour faire progresser les mentalités dans le monde. Ses actions pour faire évoluer la pratique féminine du tennis sont remarquables.

Véritable légende vivante du football, Cristiano Ronaldo est à ranger parmi les personnes les plus généreuses de cette planète. Son histoire familiale assez triste est souvent l’une des explications concernant sa propension à s’investir pour sauver des gens. Payer l’intégralité du traitement médical d’un enfant, faire des dons aux familles de victimes d’attentats ou financer des centres de recherche médicaux est récurrent pour l’attaquant de la Juventus de Turin. Il a d’ailleurs été élu sportif le plus généreux du monde par l’association américaine Do Something.

Des athlètes français très actifs dans le monde humanitaire

En France, les sportifs sont également très présents pour témoigner de leur générosité. Si tout le monde est au courant des campagnes de Zinédine Zidane pour l’association ELA ou des actions de Tony Parker pour le compte de Make a Wish, d’autres s’engagent bien entendu.

Le pionnier tricolore, c’est bien évidemment Yannick Noah qui avait construit l’initiative Fête le mur afin de permettre aux enfants des quartiers les plus pauvres de France de pouvoir pratiquer l’activité sportive de leur choix. Au-delà d’être le dernier vainqueur français à Roland-Garros ou d’être un chanteur à la renommée internationale, on comprend mieux pourquoi l’ancien tennisman fut élu personnalité préférée des Français à plusieurs reprises.

On pense également à Nicolas Batum, le joueur des Charlotte Hornets (NBA) qui a créé une association pour venir en aide aux jeunes mamans africaine. Il avait d’ailleurs organisé un match de charité mixte avec plusieurs membres des équipes de France (Boris Diaw, Sandrine Gruda…) pour récolter des fonds.

Enfin, la star des Bleus et du PSG, Kylian Mbappé, s’est lui engagé au travers de son initiative Inspired by KM pour accompagner près d’une centaine de jeunes afin de les aider avant leur entrée dans le monde professionnel.

source: JDBN – crédit photo: images.unsplash.com

Les chercheurs appellent à la prudence face à la baisse historique des émissions de CO2

Par Mathilde Sallé de Chou
La pandémie de coronavirus aura au moins eu pour effet bénéfique de réduire drastiquement les émissions de CO2. Un niveau jamais atteint depuis 1945.

Le Népal a décidé de rendre l’enseignement du yoga obligatoire pour les écoliers afin de promouvoir un mode de vie sain

Par sophie

Le gouvernement du Népal s’assure que ses enfants reçoivent leur dose quotidienne de pleine conscience en exigeant des écoles qu’elles enseignent le yoga.

La pratique du yoga sera intégrée dans le programme scolaire, avec des milliers d’élèves de la quatrième à la huitième année qui s’inscrivent désormais au nouveau cours hebdomadaire qui n’était auparavant qu’un cours au choix.

Le nouveau programme formera les étudiants non seulement aux pratiques de yoga, mais aussi à l’histoire de la pensée yogique et des cours sur les principes d’auto-guérison de l’Ayurveda et de la naturopathie.

Giriraj Mani Pokhrel, ministre de l’Éducation du Népal, a déclaré: «Le yoga est notre science ancienne. Nous voulons que les étudiants l’apprennent et nous pensons que c’est le bon moment. »

#the_happy_broadcast

Source: Matador  – the_happy_broadcast – crédit photo: the_happy_broadcast et Pixabay

Inflatable E-Bike Fits in a Backpack

Par Evan Ackerman

The trend toward communal sidewalk-based personal mobility systems (like shared bikes and scooters) has resulted in some amount of actual personal mobility, but also a lot of cluttered sidewalks, injured riders and pedestrians, and questionable business models. Fortunately, there are other solutions to the last-kilometer problem that are less dangerous and annoying, like this prototype for an inflatable e-bike under development at the University of Tokyo. From a package of folded-up fabric that fits in a backpack, Poimo (POrtable and Inflatable MObility) can be quickly inflated with a small pump into a comfortable and intrinsically safe mobility system that can be deflated again and packed away once you get where you’re going.

The body of Poimo is made of thermoplastic polyurethane (TPU). It’s easily customizable, and the researchers have experimented with other shapes, like mobile sofas, which we’re told would be ideal for relaxing at “waterfront resorts.”

It takes just over a minute to inflate Poimo to an optimal operating pressure (both stable and comfortable to sit on) to 40 or 50 kPa (6 or 7 psi), which is really not much at all. (Soccer balls are inflated to twice that pressure, so a small hand pump and some patience would be sufficient to get the e-bike up and running.)

The final step is to attach the rigid components, including the wheels, brushless motor, battery, and a wireless controller integrated into the handlebars. The total weight of all of that stuff is 5.5 kilograms (the inflated structure is just 2.3 kg), but the researchers tell us that they expect that the weight can be reduced; this is just a prototype.

Poimo was born out of a desire to leverage soft robotics techniques to create an intrinsically safe vehicle that minimizes the potential for injury or damage in the event of an accident, which is important for personal mobility systems that operate in spaces shared by pedestrians. Ryuma Niiyama, one of the authors of a recent paper presented (virtually) at the 2020 CHI Conference, told us that “we believe that our inflatable mobility, which is different from existing mobility systems and creates new relationships with people, will be useful as a one-mile mobility for the city in the future.” 

The researchers have tested Poimo a bit in Japan, where people have said that it’s more solid than they expected, it’s fun to ride, and that they want to use it with their children. Once past the prototype stage, Niiyama believes that Poimo can be much more cost effective than existing vehicles, even while remaining modular and easy to customize. From here, the plan is to continue optimizing the system for increased portability, lighter weight, comfort, and safety, with additional user studies to determine both social feasibility and pricing.

Cette carte interactive recense les répercussions positives du confinement

Par Mathilde Sallé de Chou
Le 9 mai, l'Université Côte d'Azur a partagé un précieux document : une carte interactive qui pointe les effets positifs du confinement.

Les Français ont été consultés sur leurs souhaits pour le monde d’après : voici leurs réponses

Par Mathilde Sallé de Chou
Voici les pistes qui ressortent de la grande consultation citoyenne sur le "monde d'après", lancée par La Croix Rouge française et plusieurs organismes.

‘Hydrogen-On-Tap’ Device Turns Trucks Into Fuel-Efficient Vehicles

Par Maria Gallucci

The city of Carmel, Ind., has trucks for plowing snow, salting streets, and carrying landscaping equipment. But one cherry-red pickup can do something no other vehicle can: produce its own hydrogen.

A 45-kilogram metal box sits in the bed of the work truck. When a driver starts the engine, the device automatically begins concocting the colorless, odorless gas, which feeds into the engine’s intake manifold. This prevents the truck from guzzling gasoline until the hydrogen supply runs out. The pickup has no fuel-cell module, a standard component in most hydrogen vehicles. No high-pressure storage tanks or refueling pumps are needed, either.

Instead, the “hydrogen-on-tap” device contains six stainless steel canisters. Each contains a 113-gram button of an aluminum and gallium alloy. A small amount of water drips onto the buttons, causing a chemical reaction that splits the oxygen and hydrogen contained in the water. The hydrogen releases, and the rest turns into aluminum oxide, a waste product that can be recycled to create more buttons. Back in the garage, the driver can replace spent canisters with news ones to replenish the hydrogen supply.

Kurt Koehler of AlGalCo holds an aluminum alloy pod. Adding water causes it to react and become hydrogen. The hydrogen is used to fuel the engine.
Photo: Kelly Wilkinson/Indy Star/USA TODAY Network/Imagn Content Services
Kurt Koehler of AlGalCo holds an aluminum alloy pod. Adding water causes it to react and become hydrogen. The hydrogen is used to fuel the engine.

AlGalCo—short for Aluminum Gallium Co.—has spent 14 years refining the technology, which is based on a process developed by distinguished engineer Jerry Woodall. In 2013, AlGalCo partnered with the Carmel Street Department to build a prototype for one of the city’s Ford F-250 trucks. In tests, the red pickup has seen a 15 percent improvement in gas mileage and a 20 percent drop in carbon dioxide emissions. 

“When the hydrogen burns, it burns without any emissions,” says Kurt Koehler, founder and president of the Indianapolis-based startup. “So you have better fuel mileage and lower [total] emissions.”

Carmel, a city of 92,000 people, sits about 26 kilometers north of Indiana’s capital city. Mayor James Brainard recently agreed to outfit five municipal trucks with “version 5.0” of the hydrogen device, in an effort to reduce the city’s carbon footprint. Brainard told the Indianapolis Star the city expects to spend US $5,000 on the retrofits. Koehler says the trucks should be running by the end of June, even with delays related to the COVID-19 pandemic.

Carmel’s pickups will be the latest entrants in the growing global market for hydrogen-powered vehicles. Automakers Honda, Hyundai, and Toyota are ramping up production of their hydrogen-fuel-cell passenger cars, while the delivery companies FedEx and United Parcel Service are experimenting with hydrogen vans. Indiana engine maker Cummins has developed fuel-cell systems for heavy-duty trucks, including four vehicles now hauling groceries in Norway.

Traditional hydrogen models offer two key advantages over battery-powered competitors. Refilling the fuel tank takes only minutes, versus hours to recharge batteries, and hydrogen vehicles can generally travel longer distances before needing to refuel. Yet in the United States and globally, hydrogen refueling infrastructure remains sparse, and vehicles themselves are generally more expensive than battery versions. Most hydrogen supplies today are made using fossil fuels, which results in greenhouse gas emissions, though efforts to make “green” hydrogen with renewable energy are slowly multiplying. 

Such complications help explain why automakers have so far sold only tens of thousands of passenger hydrogen cars worldwide, while battery-electric sales total in the millions, says Jeremy Parkes, global business lead for electric vehicles at DNV GL, a Norwegian consultancy. “Our view is that the momentum is certainly in favor of battery-electric vehicles,” he says. For passenger cars, “the race is probably already won.”

Hydrogen will likely play a greater role among commercial trucks, which travel so far and operate so frequently that using batteries becomes a heavy and inefficient endeavor. DNV GL estimates that 10 to 20 percent of commercial vehicles will use hydrogen fuel cells by 2050. In the meantime, companies and governments will need to invest many millions of dollars to build filling stations and produce green hydrogen to service those trucks.

Or, they could ditch the fuel cells, tanks, and pumps altogether and use aluminum, Koehler and Jerry Woodall both maintain.

AlGalCo plans to adapt its hydrogen-on-tap system for larger diesel engines in semi-trucks and delivery vans. Koehler says the current version is approved by the U.S. Environmental Protection Agency and doesn’t present any significant safety risks. Although hydrogen is highly flammable, the device produces relatively small amounts of gas that don’t accumulate, and the chemical reaction fizzles out after about five minutes.

Woodall, who is an engineering professor at the University of California, Davis, says he is developing a different version of the hydrogen-producing system that he hopes will fully power trucks, buses, trains, or cargo ships. His research team has built a functioning benchtop model and is now looking for a business partner to scale it up for real-world applications.

It wouldn’t be Woodall’s first game-changing invention. In the 1960s, while working at IBM Research, he pioneered lattice-matched heterojunctions, which form the basis for the cheap, energy-efficient light-emitting diodes used in everything from solar cells and stoplights to laser pointers and smartphones. One day in 1968, he stumbled upon the process that underpins the hydrogen-on-tap system.

Jerry Woodall, center, and Purdue University researchers demonstrate their method for producing hydrogen by adding water to an alloy of aluminum and gallium.
Photo: David Umberger/Purdue University
Jerry Woodall [center] and Purdue University researchers demonstrate their method for producing hydrogen by adding water to an alloy of aluminum and gallium.

At the lab, as he rinsed a crucible containing aluminum and liquid gallium, “I got this violent reaction of heat, and a bubbling gas came out,” he recalls. “It turns out this gas was hydrogen.” Pure aluminum doesn’t readily react with water. But, he discovered, aluminum atoms will react when dissolved in the liquid alloy, thus splitting the hydrogen and oxygen. Woodall developed the process over decades and later patented it as a professor at Purdue University, in Indiana. In 2007, AlGalCo received the licensed to commercialize the technology.

Woodall says the version he’s now developing results in aluminum oxide that is 99.9 percent pure, which makes it easier and less expensive to recycle the waste product. “We’re getting two products for one: selling hydrogen for fuel and selling aluminum oxide for other applications,” including components in lithium-ion batteries, he says. That could help offset some of the system’s upfront costs and, he hopes, make aluminum as prominent an energy material as coal—without any of the carbon.

Des centaines de kilomètres de pistes cyclables temporaires créées pour le déconfinement

Par Mathilde Sallé de Chou
Pour absorber les millions d'usagers privés de transports publics lors du déconfinement, des pistes cyclables temporaires vont fleurir un peu partout.

❌