FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Sapin de Noël : 15 alternatives originales pour un Noël féerique

Par Mathilde Sallé de Chou

Dans les magasins comme dans les rues de votre ville, vous avez pu les constater, le compte à rebours avant Noël a commencé ! Alors, si pour des raisons écologiques ou économiques vous souhaitez faire l’impasse sur l’arbre de Noël cette année, sachez que de belles idées déco alternatives regorgent sur internet. Découvrez dans cet article notre sélection.

Pourquoi remplacer le traditionnel sapin de Noel ?

Certes, comme le rappelle cet article, il est possible de se procurer un arbre de Noël tout en respectant la planète. Cependant, il n’est pas rare que l’arbre coupé parcourt plusieurs centaines de kilomètres avant d’atteindre votre domicile, pas idéal pour votre bilan carbone. Par ailleurs, les filets en plastiques qui les entourent, généralement en plastique, s’avèrent désastreux pour la planète. Enfin, leur prix de plus en plus prohibitif en font un objet de luxe pour de nombreux foyers français.

Alors, plutôt que d’opter pour un sapin en plastique réutilisable fabriqué en PVC et bourré de particules toxiques, pensez plutôt à fabriquer le vôtre. Outre l’aspect ludique de sa réalisation, c’est, dans la majorité des cas une bonne façon d’upcycler des matériaux que vous avez déjà chez vous. Et bonus, l’an prochain il vous suffira de le sortir de la cave ou du grenier pour parfaire votre décoration avant les fêtes.

La branche de Noël

Le sapin des érudits

Le sapin famille

Le sapin guirlande lumineuse

Le tipi du père Noël

Le sapin escabeau

Le sapin échelle de bois

Le sapin en tissu

Le sapin reconstitué

Le sapin en carton

Le sapin cadre

Le sapin en verre

Le sapin palette

Le sapin en scotch

Le sapin en trois coups de pinceau

Voilà une bonne dose d’inspiration pour votre déco de Noël 100 % maison. Maintenant, à vous de jouer !

Comment faire ses courses en vrac en respectant les règles d’hygiène ?

Par Agence de Presse

Acheter en vrac oui, mais pas n’importe comment ! Si vous avez l’habitude de faire vos emplettes en choisissant des produits présentés sans emballage, quelques réflexes sont encore à prendre pour s’assurer une consommation sans danger.

Qu’est-ce qu’un produit en vrac ?

« C’est un produit présenté sans emballage, en quantité choisie par le consommateur, dans des contenants réemployables ou réutilisables », selon la loi Anti Gaspillage pour une Économie Circulaire (AGEC). Ce geste « zéro déchet » s’étendra sur 20 % de tous les magasins de plus de 400 mètres carrés d’ici 2030. Avec l’essor de ce mode de consommation, l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (Anses) publie une série de recommandations à destination des industriels et consommateurs. Alors, comment consommer en vrac en toute sécurité ?

Photo : Shutterstock

Vente en vrac : attention à l’hygiène

Quelle est la durée de vie d’un produit vendu en vrac ?

L’organisme gouvernemental soulève des interrogations quant aux informations transmises par les distributeurs sur les aliments en vrac. « Les mentions de durée de conservation (DLC ou DDM) du produit, leur mode d’emploi (modalités de conservation après achat, préparation, cuisson, ou utilisation) ou encore les informations d’identification des lots facilitant les procédures de rappels de produits ne sont pas indiquées sur les produits vendus en vrac en libre-service ». L’agence alerte sur ce manque d’informations qui pourraient mener à « des pratiques porteuses de risques ».

Photo : Shutterstock

Quels matériels ?

Les mesures d’hygiène sont également pointées du doigt. L’agence nationale de santé « recommande aux distributeurs d’appliquer des pratiques d’hygiène adaptées à la vente en vrac ». Cela concerne le matériel mis à disposition des clients (pinces ou pelles) ainsi que « les conditions de conservation des produits ou encore l’utilisation de mobiliers adaptés à la vente en vrac. »

Acheter en vrac nécessite une certaine organisation de la part du consommateur. « Lors de l’achat, le consommateur doit respecter certaines règles pour éviter les intoxications au moment de la préparation, de la cuisson ou de la conservation des aliments », souligne l’Anses. À savoir des contenants propres et adaptés au produit.

Photo : Shutterstock

Produits à bannir de la vente en vrac

« Tout produit de consommation courante peut être vendu en vrac, sauf exception dûment justifié par des raisons de santé publique », informe le code de la consommation. Selon l’Anses, certains produits ne devraient pas être mis à la vente en vrac. En ligne de mire, les produits d’hygiène, tels que la lessive, les couches de bébés ou encore les détergents qui contiennent des substances chimiques dangereuses. Cette liste est non exhaustive et peut être rallongée par l’Anses dans le futur.

Des conseils simples, pratiques et essentiels pour éviter les mauvaises surprises…

(ETX Daily Up)

6 astuces pour que les oiseaux ne se cognent plus à vos fenêtres

Par Axel Leclercq

Ça nous est tous déjà arrivé. On est confortablement assis dans son canapé quand, soudain, un bruit sourd retient notre attention : un oiseau vient de se cogner sur la fenêtre et de tomber au sol. Un événement aussi banal que désolant contre lequel, heureusement, on peut agir. Explications.

Pourquoi les oiseaux se cognent-ils sur nos fenêtres ?

La Ligue pour la protection des oiseaux avance deux explications. La transparence des fenêtres et leur pouvoir de réflexion.

« La cause la plus connue pour les collisions avec le verre est sa transparence. L’oiseau voit à travers la vitre un arbre, le ciel ou un paysage qui lui convient. Il s’y dirige par le chemin le plus direct et entre en collision avec la surface vitrée. Plus la vitre est transparente et plus sa surface est grande, plus le risque de collision est élevé. »

Source : LPO
Photo : Shutterstock

« Le deuxième phénomène est la réflexion. Selon le type de vitre, l’éclairage et les conditions à l’intérieur du bâtiment, l’environnement est plus ou moins fortement et fidèlement réfléchi. Dans la réflexion d’un parc, l’oiseau croit reconnaître un environnement favorable. Il s’y dirige sans réaliser que ce n’est qu’un reflet. Des miroirs placés dans le paysage ont le même effet. »

Source : LPO

Pour éviter que les oiseaux ne percutent vos vitres, différentes solutions simples et peu coteuses s’offrent à vous.

Installer des motifs adhésifs sur ses fenêtres

Photo : Shutterstock

Pour qu’un oiseau ne vienne pas heurter votre vitre, il faut absolument que cette surface devienne visible. Pour cela, on peut notamment appliquer des motifs adhésifs. Il en existe de toute sorte : des rayures, des rosaces, des fleurs, des oiseaux, des motifs plus graphiques… Si cette option vous intéresse, vous pouvez notamment jeter un œil aux dispositifs proposés par la LPO.

« Inspirés des dernières études sur les collisions meurtrières des oiseaux contre les vitres, ces dispositifs adhésifs développés par la LPO permettent de matérialiser l’obstacle que représentent les vitres (…) Ils sont parfaitement visibles pour les oiseaux, quelles que soient les conditions d’éclairage. Ils laissent passer la lumière et s’intègrent à votre environnement et à votre intérieur. Faciles à poser sur la surface en intérieur ou en extérieur, même sur les grandes surfaces vitrées, ces dispositifs s’installent sans colle. Ils sont résistants aux ultras violets, à l’eau et sont lessivables. »

Source : LPO

Coller un film sur la partie extérieure de ses vitres

Grâce à certains films, une fenêtre peut devenir opaque de l’extérieur tout en restant transparente de l’intérieur. Ainsi, vous gardez la lumière du jour et la vue sur le paysage tout en évitant de tromper les oiseaux.

Fermer ses volets quand on s’absente de chez soi

Photo : Shutterstock

Si votre maison est équipée de volets, sachez que ceux-ci peuvent protéger les oiseaux. En position fermée, ils évitent que les volatiles ne se cognent aux fenêtres. Alors, quand vous n’êtes pas là, inutile de les garder ouverts.

Fermer ses stores et ses rideaux

Photo : Shutterstock

Si vous n’avez pas de volets, des rideaux ou des stores feront aussi bien l’affaire. L’essentiel étant de stopper l’effet de transparence et/ou de réflexion joué par les fenêtres.

Éloigner les plantes

Photo : Shutterstock

Si un oiseau aperçoit une plante, il pourrait être tenté de s’y poser. Or, si une fenêtre se trouve entre lui et cette plante, il risque de se cogner. Il est donc préférable de laisser les plantes à bonne distance des fenêtres.

Suspendre un carillon

Photo : Shutterstock

Suggérée par le site WikiHow, cette astuce permet d’éloigner les oiseaux. Il suffit d’installer un carillon (si possible brillant) devant sa fenêtre. Ainsi, l’oiseau sera perturbé par le son et la lumière et n’osera pas s’approcher. Dans la même idée, on peut aussi suspendre de simples branches d’arbres devant ses vitres.

Tandis que les populations d’oiseaux sont en chute libre et que de nombreuses espèces sont menacées, voici des petites astuces qui peuvent valoir la peine…

Lèvres gercées et peau sèche : 5 remèdes simples, naturels et efficaces contre le froid

Par Mégane Bouron

C’est officiel, le froid est de retour sur l’ensemble de la France. Et qui dit chute brutale des températures, dit aussi lèvres gercées et peau irritée. Si vous faites partie de celles et ceux qui luttent chaque hiver contre la sécheresse cutanée, voici cinq remèdes naturels pour y remédier. Découverte.

Quel remède au quotidien ?

Avant de s’attaquer au vif du sujet, voici une petite piqûre de rappel toujours nécessaire : été comme hiver, il est important de boire au moins 1,5 litre d’eau par jour. Et pour cause, l’eau hydrate la peau en profondeur ce qui, évidemment, n’est pas négligeable quand on a des problèmes de sécheresse. Et souvenez-vous que les fruits et légumes sont également gorgés d’eau, alors, ne vous en privez pas !

Photo : Shutterstock

Comment soulager les lèvres gercées ?

Chaque hiver, c’est toujours le même calvaire, vos lèvres sont irritées à cause du froid ? Pas de panique, pour y remédier, protégez-les intensément grâce à ces trois remèdes simples, naturels et efficaces.

Huile de coco

Vous cherchez un soin naturel pour soigner et soulager vos lèvres gercées ? L’huile de coco est ce qu’il vous faut. Ce corps gras, extrait de la noix de coco, nourrit, apaise et protège intensément vos lèvres en leur apportant toutes les lipides nécessaires à leur réparation. Appliquez-en un peu sur votre bouche, comme un rouge à lèvres. [1]

Photo : Shutterstock

Huile de ricin

Particulièrement reconnue comme soin pour les ongles, les cils ainsi que les cheveux, l’huile de ricin est aussi précieuse pour la peau. Elle réduit notamment l’acné et hydrate en profondeur. Grâce à son fort pouvoir nourrissant, elle lutte contre les gerçures qui sont souvent liées au froid hivernal. C’est LE baume naturel à avoir. [2]

Photo : Shutterstock

Miel

Voici un remède simple et naturel qui séduira les plus gourmands d’entre vous. Il consiste à appliquer une couche de miel bio et local sur vos lèvres afin de les réparer. Riche en antioxydants, vitamines et minéraux, le miel régénère la peau et booste la cicatrisation en une quinzaine de minutes. Voilà, il ne reste plus qu’à résister à la tentation de n’en faire qu’une bouchée… [3]

Photo : Shutterstock

Comment hydrater la peau sèche ?

Pensez à bien vous protéger cet hiver. On enfile des gants et des chaussettes bien chaudes, car n’oubliez pas, les mains et les pieds sont les parties du corps les plus sensibles au froid. Et si vous souffrez de démangeaisons, d’irritations et de gerçures, voici quelques remèdes qui devraient vous soulager.

Huile d’amande douce

Vous avez la peau sensible qui s’assèche dès que l’hiver pointe le bout de son nez ? Pas de panique, pour l’hydrater intensément, appliquez de l’huile d’amande douce sur votre corps. Cette huile végétale laisse un film protecteur sur la peau et évite ainsi son dessèchement. Mais attention, si vous êtes allergiques aux fruits à coque, ce remède n’est pas vraiment fait pour vous. [4]

Photo : Shutterstock

Aloe vera

Savez-vous que l’aloe vera (composé à 98 % d’eau) est reconnu pour ses propriétés hydratantes et régénérantes ? C’est donc une précieuse alliée pour lutter contre le froid hivernal. Vous pouvez en appliquer sur votre peau afin d’accélérer la cicatrisation et nourrir profondément votre épiderme. [5]

Photo : Shutterstock

De précieux conseils pour profiter pleinement de l’hiver. Cet article vous a plu ? Voici une astuce étonnante pour protéger vos plantes du froid.

Comment bien équilibrer son compost de jardin ?

Par Mathilde Sallé de Chou

Épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œufs, marc de café… les déchets de cuisine représentent près d’un tiers du contenu de nos poubelles. Alors que la gestion de nos déchets devient un véritable problème écologique et de société, de plus en plus de foyers adoptent le système compostage à la maison. Une pratique vertueuse qui permet de fabriquer soi-même un fertilisant de qualité prêt à l’emploi pour le jardin. Pour un résultat optimal, bien équilibrer son compost est néanmoins essentiel. Voici nos conseils pour y parvenir.

Installer son compost dans un lieu adapté

Au jardin, bien choisir l’emplacement de son compost est une étape clé. Pour des raisons évidentes d’odeurs, il est conseillé de placer votre compost à distance de votre maison et des espaces extérieurs où vous aimez passer du temps. Pour éviter que votre compost ne s’assèche trop, notamment en été, veillez également à l’installer dans un endroit ombragé.

Enfin, dernier détail essentiel, le compost doit être placé à même le sol afin que l’humus soit en contact direct avec la terre. Ainsi, les organismes vivants comme les vers de terre pourront facilement se frayer un chemin, favorisant ainsi une décomposition plus rapide.

Contrôler l’équilibre carbone-azote

Assurer un bon équilibre à son compost permettra au processus de décomposition d’être complété plus rapidement. Pour cela, il est important d’éviter d’introduire des déchets similaires en trop grande quantité d’un seul coup, comme la tonte de sa pelouse ou les feuilles mortes ratissées en automne… On veillera donc à procéder couche par couche, quitte à conserver près de son compost des sacs de déchets végétaux pour d’éventuels rééquilibrages.

Photo : Shutterstock

En effet, alterner déchets de cuisine et déchets marron est indispensable car les uns sont riches en azote, les autres en carbone. Et c’est justement cet équilibre que l’on recherche.

  • Déchets riches en azote : herbe fraîchement coupée, déchets de cuisine (épluchures de légumes, marc de café…). Ces éléments fortement dosés en azote ont l’avantage de se décomposer rapidement. Cependant, ils créent au final peu d’humus…
  • Déchets riches en carbone : paille, feuilles mortes, branches passées au broyeur de végétaux, mais aussi le carton ou la sciure de bois. Ces éléments créent plus d’humus que les éléments carbonés.

En théorie, la quantité de carbone présente dans votre compost doit être 20 à 30 fois plus importante que la quantité d’azote. Les déchets riches en azote comportent cependant eux aussi du carbone. Dans votre composteur, le ratio sera donc différent. On compte généralement deux parts de déchets azotés pour une part de déchets marron.

Pour vous y retrouver facilement, procédez par couche en versant deux couches de déchets ménagers pour une couche de carton ou de feuilles mortes.

Ajuster le taux d’humidité

Photo : Shutterstock

Le compost ne doit être ni trop sec, ni trop mouillé. Contrôler le taux d’humidité est donc une étape cruciale. Si vous avez un doute, prenez une poignée de compost dans votre main. S’il s’effrite, c’est qu’il est trop sec. En revanche, s’il dégouline entre vos doigts, c’est qu’il est beaucoup trop humide…

Dans le premier cas, il suffit de l’arroser. Vous pouvez utiliser du purin d’ortie qui aura en plus l’avantage d’accélérer la décomposition. Pour un purin d’ortie 100 % maison, la recette est juste ici. Dans le second cas, il vous suffira d’ajouter des déchets secs comme des feuilles ou de l’herbe séchée.

Favoriser une bonne aération

Enfin, un bon compost est un compost bien aéré. Pour que le contenu de votre composteur soit bien homogène et que l’humus se forme le plus rapidement possible, évitez donc de trop tasser les déchets. Pensez, pour finir, à le remuer une à deux fois par mois à l’aide d’une fourche ou d’une bêche…

Passage à l’heure d’hiver : l’astuce toute simple pour savoir si on avance ou on recule nos montres

Par Mégane Bouron

Dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 octobre, à 3 heures du matin, nous changeons d’heure. Et chaque année, c’est la même question qui nous trotte dans la tête : est-ce qu’on avance ou on recule les pendules ? Pour anticiper ce passage à l’heure d’hiver, nous vous proposons une astuce toute simple.

Pourquoi change-t-on d’heure ?

En France, le changement d’heure fait débat. D’un côté, il y a ceux qui souhaitent abandonner ce vieux rituel et de l’autre, il y a les fervents défenseurs. Mais d’ailleurs, pourquoi changeons-nous d’heure en octobre et en mars ? Appliqué une première fois en 1916, le changement d’heure est définitivement introduit en France le 19 septembre 1975, à la suite du choc pétrolier de 1973. Objectif ? Économiser l’énergie en réduisant les besoins d’éclairage en soirée.

Et si ce décret devait être provisoire, il a fini par entrer tout doucement dans les mœurs, même s’il fait l’objet d’une remise en question depuis 2018. En 1988, les dates de changement d’heure ont été harmonisées au sein de l’Union Européenne pour faciliter les transports, les communications et les échanges entre les États membres. Au total, près de 70 pays y ont recours (principalement en Europe et aux États-Unis). [1]

Photo : Shutterstock

Quelle astuce pour ne plus se tromper ?

Vous faites partie de ceux ou celles qui ne retiennent jamais le changement d’heure ? Pas de panique, il existe une solution toute simple pour régler à la bonne heure son horloge : en octobRE, on REcule nos montres, tandis qu’avant le mois d’AVril (fin mars pour être exact), on les AVance. Malin, n’est-ce pas ?

Et si ça ne suffit pas, sachez qu’il existe une autre astuce encore plus parlante. En hiver, on aimerait bien rester plus longtemps sous la couette, bien au chaud. Résultat, on recule nos pendules et on « gagne » du temps. Au contraire, en été, on aimerait profiter au maximum des beaux jours, et donc, on sort du lit plus tôt et on avance nos horloges.

Photo : Shutterstock

Fini les longs débats à la machine à café ! Et si ça vous intéresse, découvrez nos conseils pour lutter contre la fatigue liée au changement de saison.

❌